(Montréal) Un nouveau sondage illustre à quel point la pandémie de COVID-19 frappe durement les petites et moyennes entreprises (PME) du Canada.

La Presse canadienne

Le sondage en ligne mené à compter de vendredi dernier par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) précise qu’au cours de la fin de semaine, 60 % des quelque 11 300 répondants ont vu leurs ventes fondre de façon significative et un sur trois ont rapporté une perte de plus de 75 %.

Plus de la moitié des propriétaires de PME ont commencé à mettre des employés à pied et un quart affirment qu’ils ont déjà été obligés de le faire pour la totalité de leurs effectifs. Et près d’un entrepreneur sur trois déclare qu’il ne survivra pas un mois dans les conditions actuelles.

La FCEI estime que les mesures économiques annoncées la semaine dernière étaient un premier pas dans la bonne direction. Toutefois, l’organisme réclame du gouvernement du Canada un programme de rétention des emplois lié à la COVID-19 qui subventionnerait les salaires afin que les employeurs soient en mesure de retenir leur personnel.

Pour être réellement efficace, ce programme devrait couvrir au moins 75 % des salaires, pour tous les employeurs, selon la FCEI, jusqu’à concurrence de 5000 $ par mois, par travailleur. Il devrait également inclure les travailleurs autonomes et les propriétaires de PME.

La FCEI espère aussi une simplification du programme de travail partagé de l’assurance-emploi et y donner immédiatement accès à tous les employeurs. Elle souhaite également que des allègements fiscaux soient accordés aux employeurs en reportant les versements de taxes de vente.

À titre de comparaison, pour un échantillon probabiliste ayant un nombre égal de répondants, la marge d’erreur du sondage publié par la FCEI serait de plus ou moins 0,9 %, 19 fois sur 20.