Seize ans et plus de 6,4 milliards de dollars américains plus tard, l’aventure de la C Series est officiellement terminée pour Bombardier, qui a cédé sa participation restante à Airbus et au gouvernement du Québec.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

À lire aussi: Perte de 1,7 milliards US pour Bombardier

Vers 9 h 40, le titre de Bombardier reculait de 7,6 % à 1,45 $ à la Bourse de Toronto.

Par cette opération annoncée peu après minuit jeudi matin, Québec voit sa participation dans le programme passer d’environ 16 % à 25 %, sans débourser un sou. Airbus détiendra les 75 % restant.

« Cette transaction soutient nos efforts pour régler la question de notre structure de capital et finalise notre retrait stratégique du secteur aéronautique commercial », a déclaré dans un communiqué Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier.

Bombardier doit dévoiler ce matin ses résultats financiers annuels pour 2019. Elle a déjà prévenu, il y a un mois, qu’ils seraient inférieurs aux prévisions. L’entreprise avait aussi laissé entendre à ce moment qu’elle cherchait à se départir de sa participation dans l’A220 afin de renflouer ses coffres pour affronter son immense dette de plus de 9 milliards de dollars américains.

En plus de sa part, Bombardier cède à Stelia, une filiale d’Airbus, les activités de fabrication de pièces pour l’A220 et l’A330 d’Airbus qu’elle menait dans son usine de Saint-Laurent. Ces activités resteront sur place pendant trois ans, avant d’être déménagées dans l’usine actuelle de Stelia à Mirabel. Les employés pourront conserver leur poste, a assuré Airbus.

Bombardier touchera 591 millions de dollars américains en contrepartie, dont 531 immédiatement. Elle se voit aussi libérée de l’obligation d’investir encore jusqu’à 700 millions de dollars américains dans l’A220 d’ici au 1er juillet 2021, ce qui porte la valeur de la transaction à environ 1,3 milliard de dollars pour Bombardier.

L’entente par laquelle Airbus était devenue propriétaire majoritaire de l’A220 obligeait Bombardier à investir 350 m$ US entre les 1er juillet 2019 et 2021. Airbus avait aussi lancé un appel de capital qui aurait forcé Bombardier à investir 350 millions additionnels pour maintenir sa participation au même niveau.

Les bons de souscription dans Bombardier donnés à Airbus dans le cadre de la même transaction ont aussi été annulés.

Il s’agit d’une sévère dévaluation pour le programme A220. Au 31 décembre 2018, Bombardier y avait évalué sa participation à 1,7 G$ US, excluant les activités de fabrication de pièces à Saint-Laurent.

Airbus pourra racheter la participation de Québec en 2026, soit trois ans plus tard que ce qui était prévu à l’origine.

« Nous connaissons déjà les intentions d’Airbus qui compte augmenter son empreinte au Québec, a fait valoir le coordonnateur québécois du Syndicat des Machinistes, David Chartrand. Pour nous l’important a toujours été de préserver les emplois, les conditions de travail et notre écosystème aérospatial québécois. C’est donc le meilleur des scénarios dans les circonstances. »

Par ailleurs, Airbus a annoncé jeudi, depuis le salon aéronautique de Singapour, la signature d’une lettre d’entente avec Green Africa Airways pour la vente de 50 appareils A220-300.