Bombardier entretient des discussions avec le géant américain Textron en vue de la vente de sa division d’avions d’affaires, rapporte mardi le Wall Street Journal.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Il y a quelques jours, une autre rumeur faisait état de discussions avec Alstom à propos de la division Transport, spécialisée dans le matériel ferroviaire. L’entreprise québécoise chercherait à se départir de l’une ou l’autre de ses deux grandes activités restantes afin de rembourser sa lourde dette.

Contrairement à la division Transport, surtout active en Europe, la division des avions d’affaires est très présente à Montréal, où sont notamment effectués l’assemblage des populaires Challenger et la finition du nouveau Global 7500, sur lequel repose la croissance de cette division.

Textron, qui produit les avions de marque Cessna, est aussi déjà présente au Québec à titre de propriétaire du fabricant d’hélicoptères Bell et de son usine de Mirabel.

À la Bourse de Toronto, l’action de Bombardier a soudainement bondi d’un peu plus de 10 % en réaction à la publication de l’article du Wall Street Journal. La hausse n’est maintenant plus que d’environ 4 %.

La multinationale québécoise a dévoilé il y a quelques jours des résultats financiers préliminaires plus faibles que prévu. Du même souffle, elle annonçait étudier « activement des options stratégiques pour accélérer son désendettement », ce que la plupart des analystes financiers ont interprété comme étant une porte ouverte à la vente de l’une ou l’autre de ses deux grandes divisions restantes.

Une vente marquerait une autre étape dans le grand délestage de l’entreprise, qui a déjà notamment cédé le contrôle du programme C Series (devenu A220) et vendu son programme d’avions turbopropulsé Q400. Une vente de l’avion régional CRJ à Mitsubishi a aussi déjà été annoncée et attend sa conclusion.

La vente de la part restante de Bombardier dans l’A220 ne semblant plus être qu’une formalité, la cession de la division des avions d’affaires pourrait signifier le retrait complet de Bombardier du domaine aéronautique.