(Montréal) Les Mega Bloks qui font le bonheur des enfants un peu partout dans le monde ne seront plus fabriqués à Montréal. La vaste usine de l’arrondissement de Saint-Laurent fermera l’automne prochain, a appris La Presse. Bilan : près de 600 pertes d’emplois.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

La production des petites briques de plastiques créées en 1967 sera transférée en Chine et au Mexique dans d’autres usines du groupe Mattel, propriétaire de Mega Brands depuis 2014.

« On a besoin que le coût des produits soit plus bas », a justifié Bisma Ansari, vice-présidente principale de Mega Brand (Mattel), au cours d’un entretien téléphonique.

Mattel dit avoir décidé de « consolider » ses activités manufacturières dans « un effort de maximisation de l’efficience de [sa] chaîne d’approvisionnement globale ». La multinationale estime que sa « capacité globale » est présentement « sous-utilisée ».

L’usine de Montréal produit à elle seule 60 % des Mega Bloks vendus aux quatre coins du monde.

En 2015, l’entreprise affirmait à La Presse que ses briques encastrables lui coûtaient « de 30 à 50 % moins cher » à fabriquer à Montréal qu’en Chine grâce à d’importants investissements en équipements à la fine pointe. Mme Ansari n’a pas voulu comparer les coûts actuels de production à Montréal avec ceux en Chine ou au Mexique.

>Relisez notre texte « Moins cher ici qu’en Chine » paru en avril 2015

Aussi a-t-il été impossible de connaître le salaire moyen des 580 travailleurs non syndiqués qui seront licenciés. Mattel assure qu’ils recevront des indemnités de départ et de l’aide.

La fermeture de l’usine de 800 000 pieds carrés se fera « en phases », à compter de septembre et jusqu’au début de 2021.

Siège social maintenu

Le fabricant de la célèbre Barbie, des voitures Hot Wheels et de la gamme Fisher-Price a toutefois choisi de conserver le siège social montréalais de Mega Brands. Quelque 230 personnes y travaillent au design et au développement de produits, notamment. L’entreprise affirme que « ces emplois à haute valeur ajoutée sont cruciaux pour le développement des gammes de produits ».

Mega Brands, qui est locataire de son vaste local de l’arrondissement de Saint-Laurent, prévoit conserver l’équipement de son usine.

Mattel a mis la main sur l’entreprise montréalaise en 2014 pour 460 millions US (510 millions de dollars canadiens à l’époque). Coté au NASDAQ, le fabricant de jouets a réalisé une perte nette de 533 millions US sur des ventes de 4,5 milliards US à son exercice clos le 31 décembre 2018. Les résultats de l’exercice clos le 31 décembre dernier seront connus le 13 février prochain.

Mega Brands a été fondée en 1967 par Victor Bertrand et son épouse Rita. L’entreprise s’appelait au départ Ritvik Toys. En 2002, elle adopta le nom de son produit phare Mega Bloks, avant de devenir Mega Brands en 2006.

En 2013, les propriétaires ont fait du lobbying afin d’obtenir 50 millions de Québec pour construire une nouvelle usine. Un an plus tard, ils vendaient au géant Mattel.