(New York) La compagnie américaine United Airlines table sur un chiffre d’affaires en baisse de près de 70 % au quatrième trimestre, mais voit la demande redécoller en 2021 grâce à l’arrivée des vaccins, selon un document soumis vendredi aux autorités boursières.

Agence France-Presse

La compagnie s’attend ainsi à un chiffre d’affaires « en baisse de près de 70 % au quatrième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019 », selon ce document transmis au gendarme boursier américain (SEC).

En effet, United Airlines « voit toujours un impact significatif (de la COVID-19) sur la demande pour le transport aérien », et précise qu’au cours du « dernier mois, qui s’est achevé le 10 décembre 2020 il y a eu une décélération continue des réservations […] en raison de la hausse des cas de COVID-19 et des restrictions de voyage ».

Les États-Unis font en effet face à une nouvelle vague de contaminations à la COVID-19 à des niveaux sans précédent.

Toutefois, la compagnie aérienne souligne que les réservations actuelles pour les mois de juillet à septembre 2021 sont en baisse de 40 % par rapport au niveau prépandémique. Cela représente un plongeon bien moins élevé que la baisse des réservations de 70 % enregistrée pour les mois de décembre et janvier.

United Airlines « ne s’attend pas à ce que la reprise suive une trajectoire linéaire, cependant, les récents résultats positifs dans le développement et l’efficacité des vaccins montrent une perspective encourageante », salue la compagnie.

« Il faudra certes du temps pour que le vaccin soit largement distribué, mais la confiance de la société est encore plus forte dans la reprise et la trajectoire du rebond en 2021 et au-delà », est-il encore indiqué dans le document.

United Airlines prévoit par ailleurs de brûler, chaque jour au quatrième trimestre, 24 à 26 millions de dollars de liquidités ainsi que 10 millions de remboursement de la dette et d’indemnités de départ.

La société a en effet mis au chômage technique plus de 13 000 employés début octobre.

Au troisième trimestre, elle avait réduit le rythme auquel elle avait brûlé ses liquidités, dépensant 25 millions de dollars par jour. Elle avait perdu 1,8 milliard de dollars sur la période.

Son chiffre d’affaires sur le trimestre s’était élevé à 2,49 milliards de dollars, plongeant de 78 %.