Avec une croissance de ses revenus et de ses profits pour le troisième trimestre, Industries Lassonde a su tirer son épingle du jeu depuis le début de la crise, marquée par une augmentation des ventes des formats de jus familiaux au détriment des petites portions individuelles. Pour l’avenir, afin de maintenir cette hausse de volume, l’entreprise de Rougemont demeure à l’affût des moindres changements dans les habitudes des consommateurs, a affirmé Jean Gattuso, président et chef de l’exploitation de Lassonde, au cours d’un entretien téléphonique avec La Presse.

Nathaëlle Morissette
Nathaëlle Morissette La Presse

« La pandémie a créé un effet, mais il faut se poser la question : les habitudes de consommation sont-elles en train de changer ? », se demande M. Gattuso. « Comment sera le monde dans un an ? », poursuit-il ajoutant du même souffle que ce qu’il adviendra du télétravail sera déterminant pour les choix des consommateurs. « Ça va avoir un impact. Plus les gens vont être à la maison, plus les ventes de formats familiaux peuvent avoir une importance. Les plus petits formats vont peut-être être moins populaires. »

L’entreprise, connue notamment pour ses marques de jus de fruits et légumes Rougemont, Oasis et Fairlee, a enregistré une progression de 17 % de ses ventes pour un total de 495,2 millions. « En excluant les ventes de 47,3 millions de Sun-Rype, entité acquise le 3 janvier 2020, et un effet de change favorable de 2,6 millions, les ventes ajustées sont en hausse de 5,3 % par rapport au trimestre comparable de 2019 », peut-on lire dans le communiqué diffusé par Lassonde vendredi.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Jean Gattuso, président et chef de l’exploitation de Lassonde

Gestion de crise

Une bonne gestion de crise et une grande demande au détail ont certainement contribué à cette performance, convient M. Gattuso. « Dès le mois de mars, on a établi une cellule de crise », raconte-t-il, précisant que l’entreprise a multiplié les communications internes avec ses employés au plus fort de la pandémie. « En protégeant nos employés, on va protéger nos affaires, on va protéger nos clients. Ça nous a permis de nous rendre jusqu’ici. »

Ainsi, sur plus de 2600 travailleurs — répartis dans 18 usines au Canada et aux États-Unis —, Lassonde a répertorié une soixantaine de cas, aucune hospitalisation de longue durée, aucun décès. « Dans nos usines, il y a quand même beaucoup de distanciation. On est solidement en opération », soutient-il.

La forte demande des supermarchés, qui représentaient l’an dernier 87 % des ventes contre 13 % du côté des services alimentaires, a permis à l’entreprise de maintenir de hauts volumes de production. « La forte demande est venue des clients au détail plus que des clients de services alimentaires. Notre mix d’affaires, comme on est plus détail que services alimentaires, nous a aidé. »

« Les gens étaient plus à la maison, ajoute Jean Gattuso. On parle de changement des habitudes de consommation : les formats familiaux, les gros formats, les produits en tablettes sèches, les produits réfrigérés ont connu des bonds impressionnants. »

Mais les besoins des détaillants et la pénurie de main-d’œuvre à laquelle Lassonde n’échappe pas ont obligé l’entreprise à se concentrer sur ses meilleurs vendeurs et à mettre de côté certains produits. « On a travaillé avec nos clients pour réduire l’offre de produits, raconte le grand patron. Si on veut maximiser les volumes des meilleurs vendeurs. Et [les supermarchés] voulaient en même temps que leurs tablettes ou leurs espaces d’entrepôts soient tout le temps pleins. »

Défis pour l’avenir ?

« Le premier défi, c’est continuer à protéger nos employés pour être capable de répondre à la demande de nos clients. »

Rappelons également que Lassonde a acquis Sun-Rype, une entreprise de la Colombie-Britannique qui produit des boissons et des collations, en début d’année. « On continue de s’occuper de notre intégration. C’est un joueur important de l’Ouest, rappelle M. Gattuso. Nos équipes de ventes et de commercialisation [travaillent] pour offrir notre gamme complète au Canada. Ça va améliorer la présence de Lassonde dans l’Ouest avec Sun-Rype et de Sun-Rype de l’Est. »

En dehors des boissons aux fruits et aux légumes, Lassonde produit également des sauces pour pâtes pour les marques maison de plusieurs chaînes américaines. L’entreprise québécoise a bien l’intention de continuer à mettre de l’énergie dans ce type de production. « On est un joueur important dans les sauces crémeuses aux États-Unis, affirme Jean Gattuso. On fait les sauces Alfredo à partir de notre usine à Boisbriand et à Saint-Damase. On veut continuer à développer ce secteur d’activité. »

Lassonde en bref

Fondation : 1918 – Siège social : Rougemont – Quelques marques : Rougemont, Oasis, Fairlee, Del Monte – L’entreprise produit également des sauces et des bouillons à fondue sous la marque Canton. Elle importe et commercialise des vins de plusieurs pays ainsi que des cidres de pommes. – Nombre d’employés : 2600 – Nombre d’usines : 18 (au Canada et aux États-Unis) – Chiffre d’affaires en 2019 : 1,7 milliard