(Halifax) Un chef mi’kmaq qualifie d’« acquisition patrimoniale » l’achat de la plus grande entreprise de produits de la mer du Canada atlantique.

Brett Bundale
La Presse Canadienne

Le chef de la première nation de Membertou, Terry Paul, a déclaré mardi que cette acquisition créerait pour les communautés mi’kmaq un héritage durable « pour les sept prochaines générations ».

Premium Brands Holdings et un regroupement de communautés mi’kmaq ont acheté l’entreprise Clearwater Seafoods pour 1 milliard de dollars. Il pourrait s’agir du plus important investissement dans l’industrie des fruits de mer par un groupe autochtone au Canada.

L’accord a immédiatement soulevé des questions sur les effets potentiels, dans cette région, sur la « pêche de subsistance convenable » des Autochtones. Les tensions autour de cette pêche autoréglementée, fondée sur les droits issus de traités, ont éclaté le mois dernier. Des pêcheurs non autochtones ont détruit les prises de pêcheurs mi’kmaq et incendié un entrepôt de homard.

Le chef Paul a soutenu que l’acquisition de la société Clearwater est « une transaction strictement commerciale », qui n’aura pas d’impact sur les efforts visant à établir une pêche de subsistance. Il estime qu’il est trop tôt pour dire si Clearwater pourra acheter du homard de cette pêche « de subsistance convenable ».

Entre-temps, le plan à long terme est d’intégrer les travailleurs mi’kmaq dans l’entreprise de fruits de mer, a-t-il dit. Il croit que grâce à l’attrition et à la retraite de travailleurs existants, Clearwater pourrait élargir sa main-d’œuvre autochtone.

Les actionnaires en janvier

L’accord, annoncé lundi, intervient huit mois après que Clearwater, de Halifax, a évoqué la possibilité de vendre. Une coalition de communautés mi’kmaq, dirigée par la première nation de Membertou, et la société Premium Holdings acquerront chacun la moitié de Clearwater, en vertu du nouveau partenariat FNC Holdings.

La coalition mi’kmaq versera 250 millions, une participation financée grâce à un prêt de 30 ans de l’Autorité financière des Premières Nations. « Cela nous permet, collectivement, d’investir dans cet accord significatif sans affecter nos finances pour d’autres besoins de la communauté », a expliqué le chef Paul.

Premium Brands, de son côté, a indiqué qu’elle recueillerait 250 millions de nouveaux capitaux propres à partir d’un appel public à l’épargne de 200 millions et d’un placement privé de 50 millions avec le fonds d’investissement du Régime de pensions du Canada.

Grâce à cette transaction d’un milliard de dollars, dette comprise, les actionnaires de Clearwater devraient recevoir 8,25 $ par action, ce qui représente une augmentation de 60,2 % par rapport au prix moyen pondéré en fonction du volume moyen pour la période de 20 jours précédant l’annonce de l’examen stratégique, le 5 mars.

La transaction a reçu l’approbation unanime du conseil d’administration de Clearwater et est soumise à l’approbation des actionnaires de Clearwater, en janvier.

Réconciliation

Les Mi’kmaq s’attendent à détenir tous les permis de pêche canadiens de Clearwater dans le cadre du partenariat.

Les communautés mi’kmaq de Paqtnkek, Pictou Landing, Potlotek, Sipekne’katik et We’koqma’q ont confirmé leur intention de participer aux investissements avec celles de Membertou et Miawpukek.

Le président de Clearwater, Colin MacDonald, a déclaré que la transaction « améliorera la culture de diversité et d’excellence des produits de la mer durables qui existe à Clearwater ».

« Je suis très heureux de recommander cette transaction », a-t-il indiqué dans un communiqué. « Elle représente une grande valeur pour les actionnaires, met à profit l’expertise au sein de l’entreprise tout en faisant progresser la réconciliation au Canada. »

La vente devrait être conclue au premier semestre de 2021, sous réserve de conditions telles que l’approbation du tribunal et des actionnaires.

Clearwater est une entreprise de produits de la mer intégrée verticalement, avec des activités de pêche, des installations de transformation et une équipe de vente et de marketing. L’entreprise pêche une variété de fruits de mer, y compris les pétoncles, le homard, les palourdes et le crabe, au Canada, en Argentine et au Royaume-Uni, avec des ventes dans 48 pays à travers le monde.