Le choc économique de la pandémie, qui s’est accentué durant les trois mois de mars à juin, a fait très mal aux résultats du Mouvement Desjardins au deuxième trimestre.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Dans ses résultats trimestriels publiés mardi midi, le géant financier coopératif affiche une chute de 23 % de ses excédents avant ristournes aux membres à un montant de 529 millions, soit 163 millions de moins que durant le trimestre correspondant l’an dernier.

La direction de Desjardins attribue ce revers dans ses résultats trimestriels à une hausse considérable du montant de provisions pour pertes de crédit, soit 282 millions, qu’elle a dû comptabiliser en conséquence d’une « détérioration du contexte économique qui s’est poursuivie (du 1er au 2e trimestre) et de ses effets potentiels sur certains de ses membres et clients. »

La direction de Desjardins attribue aussi la baisse des excédents à des coûts de sinistre plus élevés dans ses activités d’assurance de dommages en conséquence surtout de « la catastrophe liée à une tempête de grêle survenue en Alberta au cours du deuxième trimestre de 2020. »

Avec cette autre baisse marquée de rentabilité au deuxième trimestre, le Mouvement Desjardins se retrouve en mi-année 2020 avec des excédents avant ristournes aux membres en recul de 25 % à 814 millions, soit 279 millions de moins qu’à pareille date l’an dernier.

Selon la direction de Desjardins, « les incidences financières négatives de la pandémie de COVID-19 ont affecté les excédents du premier semestre de 2020. »

Entre autres, les provisions pour pertes de crédit comptabilisées durant les deux premiers trimestres de 2020 totalisent maintenant près d’un demi-milliard de dollars, soit 497 millions selon le chiffre inscrit dans le sommaire des résultats annoncé en mi-journée mardi.