(Montréal) Bombardier a annoncé jeudi une perte nette au deuxième trimestre et un chiffre d’affaires en recul de 37 %, notamment en raison de la baisse des livraisons d’avions d’affaires en pleine pandémie de coronavirus.

Agence France Presse

Le groupe canadien Bombardier a annoncé jeudi une perte nette au deuxième trimestre et un chiffre d’affaires en recul de 37 %, notamment en raison de la baisse des livraisons d’avions d’affaires en pleine pandémie de coronavirus.

Le chiffre d’affaires de l’ancien fleuron industriel, en pleine restructuration, s’est établi à 2,7 milliards de dollars américains au deuxième trimestre, contre 4,3 milliards un an plus tôt.

Le groupe a annoncé une perte nette de 223 millions de dollars au deuxième trimestre. Pour la même période en 2019, il avait enregistré une perte nette de 36 millions de dollars.

Le secteur de l’aviation, sur lequel le groupe entend se recentrer, a enregistré un trou d’air en raison de la pandémie, et Bombardier n’a livré que 20 avions au deuxième trimestre, soit une baisse de plus de 40 % par rapport à l’an dernier.

Le groupe avait annoncé en juin dernier la suppression de 2500 emplois en 2020 dans sa division « Aviation » en raison de « la baisse prévue des livraisons d’avions d’affaires dans l’ensemble de l’industrie d’environ 30 % sur 12 mois en raison de la pandémie ».

Bombardier a choisi de se concentrer sur les jets d’affaires après s’être retiré de l’aviation commerciale. Sa branche Transport (ferroviaire) est en cours de rachat par le groupe français Alstom, une transaction à laquelle la Commission européenne a donné son feu vert conditionnel fin juillet.

« Bombardier et Alstom continuent de collaborer pour obtenir les dernières approbations et compléter les consultations des comités d’entreprise pertinents exigées avant la conclusion de l’entente de vente et d’achat définitive », souligne le groupe canadien dans un communiqué.

La branche ferroviaire a dû inscrire un supplément de 435 millions de dollars « liée en grande partie à des coûts additionnels d’ingénierie, de certification et de modifications associés à un certain nombre de projets en voie d’achèvement principalement au Royaume-Uni et en Allemagne », souligne le groupe.

Le chiffre d’affaires de la branche Transport a reculé de 33 % au deuxième trimestre.

Bombardier estime par ailleurs qu’au deuxième trimestre, la pandémie a amputé ses flux de trésorerie disponible de 700 à 900 millions de dollars.