Christophe Derennes, anciennement vice-président exécutif à la production et employé de la première heure à Montréal, dirigera dorénavant le plus grand studio de l’entreprise française après le départ de Yannis Mallat au cours du week-end.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

M.  Mallat dirigeait le studio de Montréal depuis 2006 et avait également la responsabilité des autres studios canadiens, à Québec, Toronto, Saguenay et Halifax. Les patrons de ces studios ne se rapporteront dorénavant plus à Montréal, mais directement au siège social de Paris, annonce aussi Ubisoft.

Le départ de M.  Mallat a été annoncé samedi soir, en compagnie de ceux de deux hauts dirigeants basés à Paris, le directeur créatif Serge Hascoët et la directrice globale des ressources humaines, Cécile Cornet.

« Les récentes allégations apparues au Canada à l’encontre de nombreux salariés ne lui permettent pas de continuer à assurer ses responsabilités », expliquait Ubisoft dans un communiqué, à propos du départ de M.  Mallat.

L’entreprise est secouée depuis deux semaines par de multiples allégations de harcèlement sexuel et psychologique.

Dimanche, elle a diffusé sur l’Internet une présentation très attendue de ses nouveautés prévues pour la prochaine année. Cette présentation n’a aucunement fait référence aux allégations, l’entreprise expliquant via Twitter qu’elle n’avait pu le faire parce que la présentation était préenregistrée.

L’action d’Ubisoft a perdu jusqu’à près de 10 % de sa valeur en matinée lundi, à la Bourse de Paris, avant de se stabiliser. Elle chutait d’environ 5 % au moment d’écrire ces lignes.