(Washington) Le patron et fondateur d’Amazon, Jeff Bezos a été invité à s’expliquer devant le Congrès américain sur les pratiques du géant mondial du commerce en ligne, régulièrement accusé de techniques anticoncurrentielles.

Agence France-Presse

Dans une lettre à celui qui a encore conforté sa position d’homme le plus riche du monde pendant la pandémie, les présidents de la Commission judiciaire et de la sous-commission à la concurrence de la Chambre des représentants s’inquiètent de la manière dont Amazon profiterait de données accumulées sur les vendeurs tiers de son site, pour favoriser ses produits maison.

La lettre des élus se réfère à un article du Wall Street Journal du 23 avril qui affirmait que l’entreprise utilisait des données sensibles des vendeurs tiers, qui profitent de la plateforme pour vendre leurs produits, pour développer ses propres produits.

Des informations qui contredisent des « affirmations orales et écrites sous serment au cours d’une audition du 16 juillet 2019 », accuse la lettre.

Le directeur juridique d’Amazon, Nate Sutton avait alors démenti qu’Amazon se livrait à ce genre de pratiques.

Les élus, qui pour l’instant demandent à M. Bezos de se présenter volontairement, menacent de le convoquer formellement s’il n’obtempère pas.

Amazon, qui joue un rôle central pendant la pandémie à cause du bond des livraisons au domicile, a rappelé vendredi soir ce qu’il avait déjà déclaré au Wall Street Journal.

« Nous interdisons strictement à nos employés d’utiliser des données non publiques propres à un vendeur spécifique pour déterminer quels produits maison nous devons lancer. Bien que nous ne pensions pas que les accusations portées dans le Wall Street Journal soient exactes, nous les prenons très au sérieux et nous avons lancé une enquête en interne », a indiqué un porte-parole.