Aimia a remplacé son chef de la direction et remanié son conseil d’administration, alors qu’il tente de s’éloigner des programmes de fidélisation pour se concentrer sur une nouvelle stratégie de société de portefeuille d’investissement.

La Presse canadienne

Le conseil d’administration a nommé Philip Mittleman au poste de chef de la direction par intérim, avec effet immédiat, compte tenu des « compétences différentes » requises par le changement d’orientation, dans la foulée d’une année tumultueuse marquée par les conflits et les litiges entre actionnaires.

Aimia, qui a vendu son programme de récompenses Aéroplan à Air Canada l’an dernier, affirme qu’un comité d’examen stratégique ad hoc formé par le nouveau conseil a choisi de se concentrer sur les investissements à long terme dans des sociétés ouvertes et fermées.

La société a aussi décidé de vendre sa participation majoritaire dans ses activités déficitaires de fidélisation à Kognitiv, une société établie à Waterloo, en Ontario, en vertu d’une entente qui devrait être conclue le 29 mai.

La refonte du conseil d’administration, qui a eu lieu lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de mercredi, a été provoquée par un groupe d’actionnaires qui avaient témoigné de leur dissidence l’an dernier.

Après une longue lutte pour le contrôle de l’entreprise, les deux parties ont conclu en novembre un accord qui marquait une reddition partielle à Charles Frischer, qui dirigeait le groupe d’actionnaires qui cherchait à renverser la moitié des huit membres du conseil d’administration, et à Philip Mittleman, son plus grand actionnaire, qui était engagé dans une bataille judiciaire avec l’entreprise.

Tous les administrateurs de la société, à l’exception de M. Mittleman et de l’ex-chef de la direction, Jeremy Rabe, avaient confirmé qu’ils ne se présenteraient pas aux élections du conseil d’administration lors de l’assemblée de mercredi.