(New York) La société américaine L Brands, propriétaire de la marque emblématique de lingerie Victoria’s Secret, a indiqué mercredi que le fonds Sycamore Partners avec lequel elle avait signé un accord en février pour lui céder la majorité de son capital voulait annuler la transaction.

Agence France-Presse

Le fonds, qui avait déboursé 525 millions de dollars en échange de 55 % du capital, estime que les décisions prises par L Brands pour survivre à la pandémie de coronavirus violent l’accord et a par conséquent demandé à la justice américaine d’invalider l’opération.

Sycamore, qui voulait créer une société indépendante pour y loger Victoria’s Secret et la marque PINK, a saisi un tribunal de l’État du Delaware et a adressé une copie de la plainte à L Brands.

Cette annonce a provoqué le plongeon de près de 16 % de l’action L Brands à Wall Street. Les échanges sur le titre avaient été temporairement suspendus vers 11 h 15.

« L Brands va se défendre énergiquement contre la plainte et tout faire pour obtenir que ses droits contractuels soient respectés », a réagi la société de lingerie, tout en assurant continuer à travailler pour finaliser l’opération.

Le fonds Sycamore reproche à L Brands d’avoir fermé quasiment toutes les boutiques Victoria’s Secret et PINK à travers le monde un mois seulement après l’accord entre les deux parties.

Estimant que ces mesures affectent l’activité, il lui reproche aussi d’avoir mis en congé sans solde les employés de Victoria’s Secret et d’avoir réduit la rémunération des cadres.

Ces mesures avaient été prises par L Brands pour répondre à la pandémie de COVID-19, maladie causée par le nouveau coronavirus, qui a mis un coup d’arrêt à l’activité économique en Europe et aux États-Unis.

Le 20 février, Sycamore avait signé un accord pour prendre le contrôle de L Brands, une transaction qui valorisait la société à 1,1 milliard de dollars, nettement en dessous de la valeur boursière des marques prisées actuellement par la gent féminine, comme Lululemon.

Dans le cadre de cet accord, Lex Wexner, 82 ans, qui avait racheté Victoria’s Secret en 1982, pour un million de dollars à l’époque, allait abandonner ses fonctions de PDG à la finalisation de la transaction.