(Yellowknife) Les travailleurs des mines du nord du Canada se disent laissés pour compte par le programme de subventions salariales du gouvernement fédéral.

La Presse canadienne

« Nous demandons instamment au gouvernement fédéral de tenir compte de la situation unique du Nord canadien et de veiller à ce que les entreprises actives dans sa plus importante et plus grande industrie du secteur privé reçoivent le soutien dont elles ont besoin pour survivre », indique une lettre des associations minières territoriales au ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal.

La lettre, cosignée par la Chambre des mines du Yukon, est appuyée par les trois gouvernements territoriaux.

Le programme fédéral d’aide d’urgence, qui s’attaque aux répercussions économiques de la pandémie, n’est pas adapté à l’industrie minière, déplore Tom Hoefer, de la Chambre des mines des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.

M. Hoefer explique que les employeurs de cette industrie ont dû noliser des avions pour aller chercher des travailleurs dans le sud du pays et permettre aux travailleurs issus des communautés locales éloignées, particulièrement vulnérables sur le plan de la santé publique, de rentrer chez eux.

Les sources de revenus miniers sont inégales, indique la lettre à M. Vandal. De plus, certaines mines avaient récemment accéléré leur production et les revenus de l’an dernier ne constituent pas un bon baromètre. Or, la comparaison entre les revenus de cette année et ceux de l’an dernier est un important critère d’admissibilité à l’aide fédérale.

L’exigence de démontrer une baisse importante des revenus d’une année à l’autre est encore plus difficile pour les sociétés d’exploration, qui n’ont pas d’autre source de revenus que les investissements.

« Leur capacité à obtenir des fonds sur le marché est pratiquement nulle maintenant, mais elles doivent encore maintenir leurs coûts », a déclaré M. Hoefer.

« Comment gardent-elles leurs employés ? Le souci est que ce sont ces employés qui ont accumulé l’expertise sur les projets. »

Les entreprises autochtones locales qui entretiennent les mines connaissent d’importantes fluctuations dans leurs revenus sur une base saisonnière, ce qui ne correspond pas non plus aux critères d’admissibilité du plan de secours fédéral.

M. Hoefer rapporte que des représentants de l’industrie doivent rencontrer le ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, mercredi, pour essayer de trouver une solution.