Trois entreprises canadiennes, dont la québécoise Medicom, ont été ciblées par Ottawa pour augmenter leur capacité de production d’équipements médicaux.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi le Plan canadien de mobilisation du secteur industriel qui permettra à des compagnies manufacturières et des fabricants au Canada de produire rapidement l’équipement médical nécessaire pour faire face à l’afflux de cas au pays.

Fondé en 1988 par Ronald Reuben pour aider à protéger les professionnels de la santé pendant la crise mondiale du VIH, le Groupe Medicom, dont le siège social est à Pointe-Claire, est l’un des principaux fabricants et distributeurs mondiaux de masques chirurgicaux. Elle a six usines sur trois continents, mais aucune au Canada pour le moment.

Ottawa et Medicom s’entendent pour que la société manufacturière augmente ses livraisons de masques à court terme et, à moyen terme, qu’elle ouvre une usine en sol canadien pour sécuriser l’approvisionnement.

« Environ 80 % des masques chirurgicaux sont fabriqués en Chine », d’expliquer Guillaume Laverdure, chef de l’exploitation chez Medicom. Quand le gouvernement chinois a temporairement interdit l’exportation de masques médicaux le 31 janvier au plus fort de la crise de la COVID-19, la sécurisation stratégique de produits de contrôle des infections est devenue prioritaire.

Les livraisons additionnelles de masques vont commencer dans les prochains jours, assure M. Laverdure. L’aménagement de la nouvelle usine suivra rapidement. « On vise un démarrage dans quatre ou cinq mois. Ça pourrait être encore plus vite », indique-t-il. Une usine Medicom emploie de 80 à 200 personnes et nécessite des équipements de pointe de plusieurs millions de dollars.

En plus de ses masques respiratoires comme le N95, Medicom offre le désinfectant de surface ProSurface, capable du tuer la souche du coronavirus en une minute, soutient l’entreprise dans un communiqué.

Medicom emploie 1100 personnes dans le monde, dont 150 au siège social de Pointe-Claire.

Défi lancé par le gouvernement fédéral

« Grâce à ce plan [canadien de mobilisation du secteur industriel], les entreprises qui fabriquent déjà des masques, des respirateurs et du désinfectant pour les mains vont pouvoir augmenter considérablement leur capacité de production. On va aussi soutenir ceux qui doivent s’acheter de l’équipement pour permettre à leurs usines de fabriquer les articles en demande », a dit M. Trudeau.

Les entreprises de toutes les tailles, tous les fabricants et tous les chercheurs sont appelés à relever le défi lancé par le gouvernement fédéral, qui s’appuie sur le fonds de plus d’un milliard de dollars annoncé la semaine dernière.

— Avec La Presse canadienne