(New York) Les livraisons d’avions commerciaux construits par Boeing ont lourdement chuté au troisième trimestre, selon un communiqué publié mardi par le géant américain, qui continue d’être affecté par la crise du 737 MAX.

Agence France-Presse

L’avionneur a livré 63 appareils commerciaux au troisième trimestre (1er juillet au 30 septembre) contre 190 à la même période l’an dernier, soit un déclin de près de 70 %.

Ces chiffres sont un nouvel indicateur de l’impact financier et stratégique de la crise du 737 MAX, l’avion vedette de Boeing, cloué au sol depuis mars dernier après deux crashs mortels ayant fait 346 victimes.

Les profits vont tomber en vrille

Seuls cinq 737 ont été livrés au troisième trimestre, contre 138 l’an dernier à la même période.

Les livraisons trimestrielles d’avions commerciaux sont scrutées par les acteurs boursiers, car elles représentent un indicateur de rentabilité. Les analystes anticipent un fort recul des profits de Boeing en 2019 après la chute des ventes du MAX.

PHOTO LINDSEY WASSON, REUTERS

Des Boeing 737 MAX cloués au sol à l'aéroport Grant County International de Moses Lake, dans l'État de Washington.

À Wall Street, le titre de Boeing lâchait 0,19 % vers 16 .

L’immobilisation du MAX a conduit Boeing à réduire le nombre de modèles produits et à entreposer des centaines de nouveaux avions qui ne pourront pas être livrés avant d’avoir obtenu le feu vert de l’agence fédérale de l’aviation (FAA) pour un retour en service.

Selon le Wall Street Journal, le retour de l’avion dans le ciel pourrait être encore repoussé en raison de désaccords entre régulateurs américains et européens sur les modifications proposées par Boeing.

Boeing espère toujours la remise en service du 737 MAX bientôt

La FAA avait laissé entendre qu’elle pourrait certifier le MAX avant l’Agence de l’aviation civile européenne (AESA) et d’autres régulateurs.

L’AESA a indiqué mardi dans un courriel envoyé à l’AFP qu’elle continuait d’évaluer la dernière version du logiciel anti-décrochage du MAX.  

PHOTO ELAINE THOMPSON, AP

La partie avant du fuselage d'un Boeing 737, qui devait être envoyée sur la chaîne de montage, attend sur un wagon de chemin de fer près de l'usine de Renton, dans l'État de Washington. Boeing a réduit considérablement la production et des centaines de nouveaux avions qui ne pourront pas être livrés tant que l'avion est interdit de vol.

« À ce stade, cette évaluation n’a pas soulevé d’inquiétudes spécifiques signifiant que nous serions opposés à un retour coordonné en service », a expliqué l’AESA.

« Toutefois, l’évaluation n’est pas encore terminée. Nous sommes en contact continu avec la FAA et Boeing », a précisé l’agence européenne.

Boeing a pour sa part assuré qu’il continuait à collaborer avec l’AESA, précisant que ses échéances restaient inchangées.

« Nous continuons de viser une approbation des régulateurs pour un retour en service du 737 MAX ce trimestre, mais au final ce sont la FAA et les autres régulateurs mondiaux qui détermineront le calendrier », a précisé un porte-parole de Boeing.

«Délibérément trompés» : des pilotes de Southwest poursuivent Boeing

Par ailleurs, l’avionneur s’est défendu après une plainte déposée par des pilotes de la compagnie texane Southwest Airlines, qui accusent Boeing de les avoir « délibérément trompés » à propos du 737 MAX et de sa navigabilité.

PHOTO MARK RALSTON, AFP

Des Boeing 737 MAX de Southwest Airlines cloués au sol après les deux écrasements plus tôt cette année.

L’immobilisation des 737 MAX depuis mars a conduit à l’annulation de plus de 30 000 vols de Southwest prévus et causé un manque à gagner de plus de 100 millions de dollars pour ses pilotes, selon l’Association des pilotes de Southwest Airlines (SWAPA).

Boeing a rejeté ces accusations.

Un porte-parole du groupe a assuré que l’entreprise avait « le plus grand respect pour les hommes et les femmes qui pilotent pour Southwest Airlines ».

« Nous pensons que ce procès est sans valeur et nous allons nous défendre avec vigueur. Nous continuerons à travailler avec Southwest Airlines et ses pilotes et nous mènerons les efforts pour un retour en service du MAX en toute sécurité », a ajouté le porte-parole.