(New York) United Continental, maison mère de la compagnie aérienne United Airlines, a annoncé mardi de solides résultats au deuxième trimestre, profitant d’une forte demande dans le transport aérien qui lui a permis d’augmenter ses prix pour limiter l’impact d’annulations de milliers de vols dues à la crise du Boeing 737 MAX.

Agence France-Presse

La compagnie aérienne a dégagé un bénéfice net de 1,05 milliard de dollars, en hausse de 54 % sur un an, pour un chiffre d’affaires de 11,4 milliards de dollars (+5,8 %).

L’activité a été tirée par une hausse de 2,5 %, soit le haut de la fourchette annoncée en avril, du PRASM (revenu par passager par siège disponible et par mile parcouru), un des indicateurs de la rentabilité dans le transport aérien.  

United a profité de sa stratégie d’augmenter les prix des billets d’avions et d’ajouter des vols sur ses principaux hubs (New York, Chicago, San Francisco, etc), de sorte que les recettes de la division transport des passagers ont augmenté de 6,1 % à 10,5 milliards contre un recul des revenus du fret (-6 %) à 295 millions.

Le bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, est ressorti à 4,21 dollars, supérieur aux 4,08 dollars attendus en moyenne par les analystes financiers.

Cette performance était saluée à Wall Street où le titre gagnait 0,40 % dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

United a en outre ajusté à la hausse son principal objectif financier annuel : la compagnie anticipe désormais un bénéfice par action compris entre 10,50 et 12 dollars, contre de 10 à 12 dollars précédemment. Les analystes tablent sur 11,33 dollars.

Cet optimisme est de nature à rassurer les marchés sur l’impact à moyen terme de l’immobilisation au sol depuis mi-mars de la flotte des Boeing 737 MAX après deux accidents ayant fait 346 morts.

Après avoir annulé des milliers de vols programmés sur des MAX au premier trimestre, United en a fait autant au deuxième trimestre et prévoit d’en enlever de son planning de vol près de 8200 entre juillet et octobre.

La compagnie a prolongé jusqu’au 3 novembre l’annulation de tous les vols programmés sur le 737 MAX mais elle a annoncé mardi avoir passé commande de 19 appareils 737-700, version ayant précédé le MAX, afin de limiter les perturbations.

Le premier appareil sera livré en décembre, a indiqué United sans dire si cette date suggérait qu’elle ne s’attendait pas à voir le MAX voler à nouveau avant la fin de l’année.

La compagnie, qui possède quatorze Boeing 737 Max 9, est la première compagnie aérienne américaine exploitant le 737 MAX à publier ses résultats.

SouthWest (34 Boeing 737 MAX, flotte la plus importante au monde) et American Airlines (24 appareils) doivent faire état de leur performance trimestrielle dans les prochains jours. Ils ont également annulé les vols sur ce modèle au moins jusqu’à l’automne.