(Montréal) Pelican International attendait une occasion d’acquisition aux États-Unis depuis longtemps. L’entreprise lavalloise a finalement annoncé cette semaine une prise à son goût : Confluence Outdoor, de la Caroline du Sud, reconnue pour ses équipements nautiques haut de gamme.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Il s’agit d’un créneau complémentaire à celui de Pelican, qui est le plus grand fabricant au monde d’embarcations non motorisées en plastique, surtout reconnues pour leur solidité et leur prix accessible.

« Pelican a été un acteur majeur pour faire adopter les sports nautiques à monsieur et madame Tout-le-Monde, à des prix raisonnables, avec une qualité durable et un beau design, a expliqué en entrevue Danick Lavoie, président et chef de la direction de Pelican. Avec Confluence, nous sommes dans une autre gamme qui va nous apporter de la diversification. »

L’entreprise américaine, précise-t-il, « était sur le radar de Pelican depuis plusieurs années ». « L’industrie est quand même petite, les gens se connaissent. Ça prenait le bon timing, et il est arrivé. »

Des banques à la famille

La Presse a joint M.  Lavoie alors qu’il quittait Greenville, en Caroline du Sud, où il venait d’annoncer la nouvelle de l’acquisition des actifs aux quelque 255 employés de Confluence Outdoor. Il leur a notamment promis le maintien des emplois ainsi que de leurs conditions de travail. L’entreprise américaine conservera son nom et deviendra une filiale de Pelican International. L’équipe de direction demeure en place.

« Ç’a été tellement positif pour eux, affirme le PDG. Ça fait des années qu’ils sont détenus par des banques ou des firmes d’investissement privé. Là, ils voient arriver une compagnie familiale comme Pelican, qui est dans ce domaine depuis plus de 50 ans. »

Même si son nom est peu connu du grand public, Confluence Outdoor regroupe six marques de prestige auprès des amateurs de sports nautiques : Wilderness Systems, Perception, Dagger, Mad River Canoe, Harmony Gear et Boardworks. La méthode de fabrication de l’entreprise américaine est essentiellement axée sur le rotomoulage, alors que Pelican utilise le thermoformage.

« Confluence fabrique des produits de qualité, ils sont efficaces et ils sont reconnus dans l’industrie, dit le PDG. Avec la combinaison des entreprises et des réseaux de distribution, notre historique, je n’ai aucun doute que cette transaction va créer de la valeur tant pour les actionnaires et les employés que pour nos clients. »

Avec cette acquisition, Pelican compte maintenant 800 employés dans trois usines, avec celles de Laval et de Salaberry-de-Valleyfield. Elle disposera en outre d’un meilleur accès au marché européen, dans lequel Confluence Outdoor est bien implanté. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.