Le producteur d'aluminium américain Alcoa a annoncé mercredi abaisser sa prévision annuelle, en raison de taxes douanières supplémentaires imposées par l'administration Trump aux importations de ce métal, ce qui plombait le titre en Bourse.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le résultat brut d'exploitation (EBITDA) annuel ne devrait plus être compris qu'entre 3 et 3,2 milliards $ contre de 3,5 à 3,7 milliards auparavant, selon un communiqué.

Ce pessimisme « reflète les prix actuels (de l'aluminium sur) les marchés, les tarifs douaniers sur l'aluminium, les coûts en hausse de l'énergie », explique Alcoa, qui dit importer l'aluminium du Canada notamment.

À Wall Street, le titre dévissait de 2,21% à 46,90 $ dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

La Maison-Blanche a imposé en mars des taxes supplémentaires de 10% sur des importations d'aluminium chinoises, étendues en juin au Canada, Mexique et à l'Union européenne notamment.

Ces tarifs douaniers ont coûté 15 millions $ à Alcoa au deuxième trimestre, affirme le groupe.

Hormis ces taxes, Alcoa pâtit également de la chute des cours de l'aluminium après la décision de l'administration Trump de repousser au 23 octobre la date à laquelle il est demandé aux partenaires et investisseurs de Rusal, producteur incontournable d'aluminium, de cesser leurs activités avec la société russe. Cette décision a notamment écarté les craintes des marchés sur un déséquilibre entre l'offre et la demande.

Toutes ces tensions ne vont pas affecter la demande d'aluminium, dont la croissance globale devrait rester dans la fourchette de 4,5% et 5,5%, avance Alcoa.

Le déficit entre la production et la demande d'aluminium cette année sera, lui, compris entre 1,1 million et 1,5 million de tonnes, en hausse comparé à il y a trois mois où il était anticipé entre 600 000 et 1 million de tonnes.

Lors du deuxième trimestre achevé fin juin, le bénéfice net d'Alcoa a stagné, à 75 millions de dollars, détaille l'entreprise, qui a dû également inscrire une charge de 211 millions $ dans ses comptes liée à un dossier de retraites au Canada notamment.

Hors éléments exceptionnels et rapporté par action, référence en Amérique du Nord, le bénéfice est ressorti à 1,52 $, nettement supérieur au 1,34 $ attendu en moyenne par les marchés.

Le chiffre d'affaires a, lui, progressé de 25,2% à 3,59 milliards $, contre 3,44 milliards attendus.