Shaw Communications a affiché jeudi un bénéfice du premier trimestre réduit de plus de moitié par rapport à l'année précédente, ce qu'il a notamment attribué à l'abandon de son service de vidéo sur demande Shomi, qu'il exploitait de concert avec Rogers Communications.

LA PRESSE CANADIENNE

Les deux sociétés de télécommunications ont décidé de fermer leur coentreprise à la fin de l'an dernier, deux ans après son lancement.

Shaw a engrangé un bénéfice de 89 millions, soit 18 cents par action, pour son trimestre clos le 30 novembre, comparativement à un profit de 218 millions, ou 43 cents par action, pour la même période un an plus tôt.

La société a expliqué que le retrait de Shomi, un concurrent canadien à l'américain Netflix, avait entraîné l'inscription d'une provision de 107 millions au plus récent trimestre.

Vente de Shaw Media



Shaw a en outre attribué la baisse de ses profits à la vente de sa division Shaw Media à Corus Entertainement l'an dernier. La perte des revenus de cette division des médias a cependant été partiellement contrebalancée par un gain lié à un investissement dans Corus.

Dans l'ensemble, le chiffre d'affaires de Shaw a grimpé de 14,9% à 1,31 milliard, comparativement à 1,14 milliard au même trimestre un an plus tôt. Cette croissance était essentiellement attribuable à l'acquisition de l'exploitant de téléphonie sans fil Freedom Mobile, anciennement connu sous le nom de Wind Mobile. Les revenus des plus vieux secteurs d'activités de Shaw ont aussi progressé.