Source ID:; App Source:

Contrat important pour une ex-division d'Aveos

Air Wisconsin Airlines a octroyé un contrat dont... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Air Wisconsin Airlines a octroyé un contrat dont la valeur oscille entre 50 et 70 millions de dollars à Lockheed Martin Commercial Engine Solutions (LMCES) pour l'entretien des moteurs de ses 71 avions régionaux CRJ200 (photo) construits par Bombardier.

Photo fournie par Bombardier

Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

L'ex-division de maintenance des moteurs d'Aveos rachetée par Lockheed Martin a décroché un autre important contrat qui lui permettra de continuer à embaucher pour son usine de Montréal.

Air Wisconsin Airlines a octroyé un contrat dont la valeur oscille entre 50 et 70 millions de dollars à Lockheed Martin Commercial Engine Solutions (LMCES) pour l'entretien des moteurs de ses 71 avions régionaux CRJ200 construits par Bombardier.

Annoncée mardi, cette entente, d'une durée de cinq ans, est assortie de deux options d'une année chacune.

En mars dernier, LMCES avait décroché une entente de huit ans auprès de Frontier Airlines pour la maintenance des moteurs des Airbus A319s et A320CEO de la compagnie établie à Denver.

«L'ajout du CRJ200 montre à nos clients potentiels que l'usine de Montréal a la capacité et le talent pour répondre à leurs besoins, a expliqué le directeur général de LMCES, Jim Andrews, au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse Canadienne. Nous espérons que cela se traduise par une réaction en chaîne.»

Dans le cadre du contrat, environ 20 moteurs CF34 construits par General Electric seront acheminés à l'usine située dans l'arrondissement Saint-Laurent.

Lockheed Martin avait acheté en 2013 les activités de maintenance de moteurs d'Aveos, dont la fermeture subite, en mars 2012, s'était traduite par la perte de 2600 emplois, dont 1800 à Montréal. À ce moment, cette division ne comptait que quelques travailleurs.

L'entreprise compte actuellement quelque 240 travailleurs - représentés par l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale (AIMTA) - et espère en compter entre 300 et 350 d'ici quelques années, a précisé M. Andrews, un ancien cadre chez Aveos.

«Nous travaillons sur deux ou trois contrats majeurs que nous espérons conclure d'ici la fin de l'année, a-t-il précisé. Tout ce travail se fera à Montréal.»

Sans surprise, le coordonnateur québécois de l'AIMTA, David Chartrand, s'est réjoui de cette nouvelle, qui permettra de consolider et créer des emplois.

«Nous étions au courant que l'entreprise soumissionnait sur plusieurs contrats, a-t-il dit. Elle était en période d'embauche. Tant mieux, ce contrat va continuer à amener de l'eau au moulin.»




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer