Source ID:; App Source:

Charles Evans pas pressé de relever les taux d'intérêt

La présidente de la Réserve fédérale américaine, Janet... (Photo Jim Bourg, Archives Reuters)

Agrandir

La présidente de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen.

Photo Jim Bourg, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un responsable de la Réserve fédérale (Fed) a plaidé pour encore davantage de patience avant de relever les taux d'intérêt, estimant que le Comité monétaire devrait attendre jusqu'à 2016.

Dans un discours à Lake Forest près de Chicago, Charles Evans, président de l'antenne de la Fed de cette région, a estimé que «les conditions économiques vont évoluer de telle façon qu'il vaudra mieux retarder la normalisation de la politique monétaire, c'est-à-dire repousser la hausse des taux d'intérêt à court terme à 2016».

M. Evans, qui est un nouveau membre votant du Comité monétaire (FOMC), est connu pour appartenir au camp des «colombes» qui, dans le jargon de la Fed, désigne les partisans d'une politique très accommodante favorisant le marché de l'emploi.

La majorité des membres du Comité estiment plutôt qu'une première hausse des taux interviendra cette année, la date de juin étant sur la table.

Mais M. Evans affirme avoir «de sérieuses inquiétudes» sur le niveau d'inflation qui pourrait «descendre plus bas» qu'on ne s'y attend. Il ne voit pas l'inflation remonter vers l'objectif de 2% de la Fed avant 2018.

«Je ne vois pas de raison majeure de se presser pour resserrer les conditions financières», conclut-il.

La hausse des prix se situe actuellement à seulement 0,2% sur un an, selon l'indice PCE en janvier.

À l'opposé de l'échiquier, la présidente de la Fed de Kansas City, Esther George, a affirmé quant à elle favoriser un relèvement des taux «au milieu de cette année».

«Je continue de soutenir une première hausse vers le milieu de l'année vu l'amélioration du marché de l'emploi et le fait qu'on s'attende à un raffermissement de l'inflation», a affirmé Mme George lors d'un discours à Kansas City mercredi.

Cette responsable, qui n'est pas un membre votant du Comité monétaire, participe néanmoins aux discussions de politique monétaire. En 2013, lorsqu'elle y votait, Mme George s'était plusieurs fois prononcée contre la poursuite d'une politique accommodante et celle des achats d'actifs destinés à soutenir la reprise.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer