Source ID:; App Source:

L'IRIS propose que la SAQ vende de la marijuana

Selon l'IRIS, la commercialisation du cannabis par la... (THE CANADIAN PRESS)

Agrandir

Selon l'IRIS, la commercialisation du cannabis par la SAQ aurait des retombées économiques légèrement plus avantageuses qu'une prise en charge par le secteur privé.

THE CANADIAN PRESS

Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

La Société des alcools du Québec (SAQ) serait l'endroit tout indiqué pour la vente de marijuana récréative, d'après une étude dont la conclusion vient en quelque sorte contredire une recommandation formulée la veille par le groupe de travail sur la légalisation du cannabis.

L'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) a calculé que la commercialisation serait plus lucrative si elle était gérée par la SAQ que par le secteur privé, chiffrant la valeur du marché québécois à 1,3 milliard.

La société d'État offrirait aussi un «encadrement plus responsable» pour la vente d'un produit «posant des problèmes de santé publique et pouvant mener à la dépendance», précise l'étude en partie financée par le Syndicat des employé(e)s de magasins et de bureaux de la SAQ.

L'IRIS signale par ailleurs que l'augmentation des redevances que verse la Société des alcools au gouvernement québécois pourrait atteindre 457 millions $ si elle prenait en charge la vente de marijuana à des fins récréatives.

L'étude a été publiée au lendemain du dépôt du rapport d'un groupe de travail mis sur pied par le gouvernement fédéral, qui recommandait aux provinces et territoires d'«éviter et décourager fortement la co-implantation de la vente au détail de cannabis et d'alcool ou de tabac».

Cette co-implantation pourrait envoyer le signal que consommation simultanée de cannabis et d'alcool ou de tabac est tolérée ou encouragée», sans compter qu'elle pourrait avoir des répercussions sur les consommateurs de cannabis qui essaient d'éviter l'alcool, selon le rapport McLellan.

Le groupe de travail sur la légalisation de la marijuana, dont les recommandations ne sont pas contraignantes pour le gouvernement fédéral, estime que la vente au détail devrait être réglementée par les administrations provinciales et territoriales.

Du côté de Québec, le ministre des Finances, Carlos Leitao, ne semble pas particulièrement pressé de trancher sur la question, disant vouloir attendre le projet de loi fédéral avant de se prononcer «sur le comment Québec choisira d'encadrer le commerce et la distribution».

Dans une déclaration écrite, le ministre responsable de la SAQ a soutenu que des discussions doivent avoir lieu avec le fédéral et les autres provinces, et que «le choix des modalités de distribution au Québec est donc un débat très prématuré».

Le gouvernement de Justin Trudeau doit déposer son projet de loi sur la légalisation du cannabis au printemps 2017.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer