Source ID:2c69c215e3603f349a7b456df07f08a5; App Source:StoryBuilder
Exclusif

Pénurie de tofu au Québec

Incapable de soutenir la demande, le producteur québécois... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Incapable de soutenir la demande, le producteur québécois Unisoya investira « plusieurs millions de dollars » dans l'agrandissement de son usine afin d'augmenter sa capacité de production.

Photo André Pichette, La Presse

Les Québécois qui mangent du tofu s'en rendent bien compte : les ruptures de stock dans les commerces sont de plus en plus fréquentes. À bout de souffle, les deux principaux fabricants de la province, Unisoya et Soyarie, doubleront leur capacité de production d'ici la fin de l'année pour répondre à la demande qui explose, a appris La Presse.

Avant même que le nouveau Guide alimentaire canadien suggère d'augmenter la consommation de protéines végétales, plus tôt cette semaine, l'intérêt pour le tofu donnait le vertige aux fabricants.

« Il y a une explosion. Ça fait peur ! C'est en augmentation de 20 % par année », raconte Réal Beaulieu, copropriétaire avec son frère du principal fabricant du Québec, Unisoya, à Saint-Isidore, en Montérégie.

Incapable d'approvisionner tous ses clients adéquatement, l'entreprise a de son propre chef cessé de vendre son tofu à Costco, en novembre.

Pour d'autres raisons, Unisoya a également cessé de vendre à Maxi et Provigo. Surprise, en se limitant à Metro, Super C et IGA et de petits détaillants, le chiffre d'affaires de la PME n'a pas reculé. « IGA nous commande le double de l'été dernier », confie M. Beaulieu.

Même son de cloche du côté de Soyarie, à Gatineau. L'usine est ouverte 24 heures sur 24, sept jours sur sept, mais ça ne suffit pas.

« On a été pris de court, la demande augmente de façon très importante », rapporte le directeur de la production, Frédérik Noël.

« On est rendus au point où on refuse des commandes, des clients. On est back order sur 25 ou 30 % des commandes actuellement. »

- Frédérik Noël

Les ventes de l'entreprise d'une quarantaine d'employés bondissent « de 20 à 25 % par année depuis trois ou quatre ans ». Son tofu est vendu aux détaillants et à des transformateurs qui en font notamment de la trempette.

Les consommateurs peinent aussi à trouver les produits de l'important manufacturier Sunrise (de Vancouver), qui fabrique sa propre marque et celles de Loblaw (PC Menu bleu et Rooster), offertes au Québec dans les Maxi et Provigo. C'est vers lui que Costco s'était tournée pour remplacer Unisoya dans ses magasins du Québec et de l'Ontario. « Mais ils n'avaient pas la capacité pour nous approvisionner. On vend maintenant le produit de Superior Tofu et on a des ruptures de temps à autre », confie le porte-parole Ron Damiani.

Un agrandissement, un déménagement

Les deux plus importants manufacturiers québécois en sont venus à la même conclusion : ils doivent augmenter leur capacité de production.

Unisoya investira « plusieurs millions de dollars » dans l'agrandissement de son usine. Les travaux commenceront ce printemps. Les nouvelles installations devraient être opérationnelles l'automne prochain. Une dizaine d'employés devront s'ajouter aux 35 qui travaillent actuellement pour l'entreprise.

« On bâtit pour doubler la production. On va ajouter 35 000 pieds carrés. On va automatiser, ce sera à la fine pointe de la technologie. »

- Réal Beaulieu

L'homme qui est en affaires depuis 32 ans espère qu'il pourra alors regagner Costco... qui a dit vouloir racheter du tofu d'Unisoya « dès que possible ».

En Outaouais, Soyarie a décidé d'acheter une nouvelle usine pour profiter de la croissance du marché. Située sur le boulevard Lorrain, elle produira du tofu avant la fin de l'année. « À court terme, on va facilement doubler la production, mais on aura la capacité de la tripler », précise M. Noël.

Traditionnel bond de janvier

La pénurie n'a jamais été aussi visible dans les frigos que depuis une vingtaine de jours. Pourquoi ? Parce qu'à la mode des protéines végétales s'ajoute le traditionnel bond de la consommation de début d'année, observent les manufacturiers et les détaillants.

« En janvier, c'est le retour aux bonnes habitudes après le temps des Fêtes », explique Sylvie Senay, copropriétaire des supermarchés Avril, aux prises eux aussi avec la pénurie.

« Ça fait 30 ans que c'est comme ça ! Après avoir mangé de la dinde, les gens montent sur la balance à la mi-janvier, et là, on en a pour deux mois comme ça », lance Réal Beaulieu.

« C'est comme pour le plastique »

Le professeur en distribution et politiques agroalimentaires Sylvain Charlebois, de l'Université Dalhousie, n'est nullement surpris par la situation, car il y a clairement un « momentum vers la protéine végétale ». « Le tofu est très polyvalent, et tout le monde connaît ça ».

Le hic, dit-il, c'est que « les distributeurs se retrouvent devant rien. C'est comme pour le plastique [à usage unique]. Ça va tellement vite que les détaillants ne savent pas comment réagir ».

Chez IGA, on affirme que l'espace consacré à la catégorie de la protéine végétale dans les frigos a « doublé et parfois triplé depuis un an ». Le nombre de produits à base de tofu, comme les saucisses, « a vraiment explosé », note la porte-parole Anne-Hélène Lavoie, qui n'a pas voulu dévoiler de chiffres.

« On recherche d'autres fournisseurs pour nous aider à faire grandir la catégorie et à améliorer notre offre et notre variété, mais c'est difficile, car ils sont tous à pleine capacité pour l'instant. »

- Porte-parole de Metro

Du côté de Maxi, on note une « forte croissance » surtout parce que le produit « a été introduit récemment ». Curieusement, Provigo affirme que le tofu « était à la mode il y a cinq ans » et qu'il y a une « décroissance depuis deux ans » puisqu'il existe désormais de meilleures options végétales sur le marché.

Étant donné que l'engouement était grand avant même que ne soit dévoilé le nouveau Guide alimentaire canadien, les fabricants s'attendent à une autre année de croissance exceptionnelle de leurs ventes. En profiteront-ils pour augmenter les prix ? « Non, il faut rester concurrentiels », tranche M. Beaulieu.

Ventes de tofu au Québec depuis 5 ans*

2013 : 22,36 millions de dollars

2014 : 25,18 millions de dollars

2015 : 28,88 millions de dollars

2016 : 33,73 millions de dollars

2017 : 38,04 millions de dollars

* Uniquement dans les grandes chaînes de supermarchés réalisant un chiffre d'affaires de plus de 150 millions, Costco et Walmart.

Source : MAPAQ

Qu'est-ce qui fait exploser la demande de tofu ?

• Le bond du prix de la viande

• La perte d'intérêt envers la viande pour des raisons liées à la santé et à l'environnement

• Les chefs réputés sont de plus en plus nombreux à proposer des recettes à base de tofu

• De nombreux produits à base de tofu (trempettes, saucisses, etc.) ont été mis en marché

• La popularité du végétarisme

• Les entreprises de repas en boîte n'hésitent plus à proposer des recettes à base de tofu à leurs clients




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer