La séance de conciliation prévue aujourd'hui (mardi) à Matane entre le syndicat des travailleurs (CSN) du chantier maritime Verreault et l'entreprise a été reportée afin de permettre à l'employeur de prendre connaissance d'une contre-proposition syndicale déposée lundi.

Carl Thériault, collaboration spéciale

La séance de conciliation prévue aujourd'hui (mardi) à Matane entre le syndicat des travailleurs (CSN) du chantier maritime Verreault et l'entreprise a été reportée afin de permettre à l'employeur de prendre connaissance d'une contre-proposition syndicale déposée lundi.

L'exécutif syndical a reçu un mandat en ce sens dimanche de l'assemblée générale des travailleurs après avoir rejeté à 94 % les dernières «offres finales et globales» de l'employeur.

Selon Martin Pagé, conseiller à la Fédération de la métallurgie (CSN), cette annulation est plutôt un report de la séance de conciliation, peut-être d'ici la fin de la semaine. «Il faut laisser du temps à la partie patronale, compte tenu de l'ampleur de la contre-proposition transmise aujourd'hui (lundi). Nous attendons une nouvelle convocation.»

Le bureau du conciliateur fédéral, Michel Ste-Marie, a confirmé, lundi au Soleil, l'annulation de la rencontre. Des appels téléphoniques logés hier auprès de l'entreprise sont par ailleurs restés sans réponse.

L'entreprise a annoncé vendredi la mise à pied de ses 30 employés-cadres. La plupart des syndiqués ont quitté le chantier en décembre pour terminer un dernier contrat le 22 janvier.

La convention collective est échue depuis le 31 octobre. La direction reproche au syndicat de ne pas accepter une plus grande flexibilité dans l'organisation du travail sur sept jours.

Dans un encart publicitaire publié dans un hebdomadaire de Matane, avant la tenue de l'assemblée syndicale, l'entreprise avait souligné que depuis «près de quatre mois, elle ne pouvait plus soumissionner sur les contrats du gouvernement fédéral et ne pouvait plus obtenir de contrats d'armateurs privés, compte tenu du climat d'insécurité dans lequel se retrouve le chantier.»

«Plusieurs d'entre vous, reprenait le message, avez choisi de travailler pour d'autres employeurs mais ceux qui n'ont pas eu cette chance ont été privés d'un emploi. De plus, plusieurs fournisseurs et entreprises locales et régionales dépendant de la vitalité de l'entreprise. Il est clair qu'une telle situation ne peut plus durer.»

Les Méchins est une municipalité de la MRC de la Haute-Gaspésie où le revenu moyen est 26 348 $, soit 70 % de celui de la moyenne québécoise qi est de 37 770 $ . Le taux de chômage y est de 27 % et 60 % du revenu moyen est constitué de paiements de transfert (assurance-emploi).