Le promoteur Canvar a acquis l’équivalent de 40 terrains de football à moins d’un kilomètre du bois de l’Équerre, dans le secteur Sainte-Rose, à Laval. En partie boisés, les terrains de Canvar, qui comprennent des milieux humides, feront place à terme à un lotissement domiciliaire de 500 à 1000 logements devant être approuvé par la Ville de Laval.

Publié le 10 juill. 2021
André Dubuc
André Dubuc La Presse

« Le lotissement va comprendre des maisons, des duplex et des triplex en fonction de la demande », précise Richard Varadi, vice-président de Canvar, dans un échange de courriels avec La Presse. « Notre espoir est de commencer les travaux de construction en 2023, tout dépendra de la Ville », ajoute-t-il.

L’administration municipale doit autoriser le plan d’ensemble et faire venir les services d’alimentation en eau et d’égout dans le secteur. « Nous pouvons vous confirmer que des demandes ont été déposées et qu’elles sont actuellement à l’étude par la Ville », a répondu par écrit Myriam Legault, conseillère aux affaires publiques à la Ville de Laval.

« La Ville doit analyser leur recevabilité en fonction du zonage, de la planification générale du secteur ainsi que de la mise en place de services municipaux, poursuit-elle. Les terrains sont situés dans un secteur actuellement en planification. Le développement de ce secteur s’échelonnera sur plusieurs années, au rythme des demandes des propriétaires. »

En avril dernier, une société à numéro liée au groupe Canvar a acquis un troisième lot au sud du chemin de l’Équerre et à l’ouest de l’extension de la rue Damien-Cyr. Le groupe avait acheté les deux premiers terrains en 2020.

En 15 mois, selon les documents consultés au registre foncier du Québec, Canvar a investi 16,5 millions pour remembrer trois lots totalisant 3,6 millions de pieds carrés, soit un prix d’achat moyen de 4,59 $ au pied carré.

Tout récemment, l’acquéreur a contracté une hypothèque de 15 millions sur ses terrains lavallois auprès de la Banque Scotia.

Canvar est un promoteur construisant des tours résidentielles et des hôtels sur l’île de Montréal. Il fait actuellement construire une tour de 63 étages au 900, rue Saint-Jacques, au centre-ville de Montréal. Existante depuis 1975, l’entreprise familiale Canvar a conçu les hôtels Hilton Garden Inn et le Marriott Courtyard. Elle termine aussi la construction d’une tour de 35 étages sur l’ancien jardin Domtar, voisin de l’édicule de la station Place-des-Arts.

Les terrains de Laval ont été acquis par Canvar de deux successions distinctes, d’une sablière et d’un dénommé Delli Fraine.

Pour donner une idée de la superficie, les trois terrains de Canvar totalisant 30 hectares représentent un peu plus d’un huitième de celle du bois de l’Équerre (225 hectares).

Changement de zonage en vue

Les terrains de Canvar sont actuellement zonés résidentiels pour des bâtiments multifamiliaux de trois à quatre étages dans le prolongement du boulevard de la Renaissance. Le reste de la superficie est soumis à des restrictions concernant son lotissement.

Mais tout est appelé à changer. Laval a adopté un nouveau schéma d’aménagement en 2017. Depuis, elle prépare un code de l’urbanisme (CDU) pour rendre le zonage compatible au nouveau schéma. La version finale du code est en voie d’être adoptée et a fait l’objet d’une vaste consultation publique. Le projet de CDU est disponible en ligne sur le site de la Ville.

Les terrains de Canvar changeront de zonage. Ils deviendront un secteur d’expansion urbaine (SEU) permettant la densification résidentielle, confirme la Ville, « si le règlement du CDU est adopté et entre en vigueur. ».

Le promoteur devra toutefois soumettre et faire adopter par la Ville un plan d’aménagement d’ensemble (PAE), protéger les milieux humides, enfouir les fils et attendre les services municipaux. « L’objectif des SEU est d’assurer le déploiement de quartiers exemplaires sur le territoire lavallois », lit-on dans le projet de CDU.