(Québec) Déjà le ralentissement économique international n’augurait rien de bon. Mais les frictions avec les autochtones d’un bout à l’autre du pays ont scellé le sort du projet : Énergie Saguenay a perdu l’investisseur de premier ordre dont l’appui était déterminant pour aller de l’avant avec le projet de GNL Québec, désormais sérieusement compromis.

Denis Lessard Denis Lessard
La Presse

Selon les informations obtenues par La Presse, des éléments qui circulent en coulisse au gouvernement fédéral de même qu’à Québec, la direction du projet québécois a, la semaine dernière, indiqué aux deux ordres de gouvernement que l’important investisseur qui devait permettre la concrétisation du projet venait de se désister.

La nouvelle n’avait jamais été révélée, mais depuis des mois, Énergie Saguenay pensait pouvoir miser sur l’appui du gigantesque fonds Berkshire Hathaway, dont le patron, Warren Buffett, a accumulé une fortune de 81 milliards. La confirmation du partenariat devait être rendue publique fin février, mais, la semaine dernière, Jim F. Illich, président du conseil d’administration d’Énergie Saguenay, passait un coup de fil à Ottawa et à Québec pour les prévenir que leur investisseur s’était désisté.

« On ne peut confirmer l’identité de ce groupe, mais il est vrai qu’un investisseur éventuel important s’est retiré à la dernière minute », a indiqué mercredi Stéphanie Fortin, directrice des communications de GNL Québec. Cet investisseur a expliqué son retrait par « les blocus autochtones, le contexte politique général au Canada ».

« Pas compromis pour l’instant »

Le projet « n’est pas compromis pour l’instant », a-t-elle insisté. « Depuis le début, il est prévu que les décisions finales, d’aller ou non de l’avant, seraient prises en 2021 », a-t-elle précisé.

Outre les cabinets de Justin Trudeau et de François Legault, les ministères responsables de l’énergie et des ressources naturelles ont aussi été informés, de même que le cabinet de Jason Kenney, premier ministre de l’Alberta. La nouvelle du revirement de situation a été transmise aux gouvernements canadien, québécois et albertain, confirme Mme Fortin.

Par ailleurs, des rencontres prévues au plan politique avec les représentants de Berkshire ont été annulées, sans autre explication du groupe américain, semble-t-il. Le fonds américain avait déjà réalisé sa « revue diligente » du projet. Ce retrait du plus important bailleur de fonds rendra extrêmement difficile une relance. Tout investisseur studieux verra comme un verdict très lourd le retrait du fonds de M. Buffett, expliquent des sources proches du dossier.

PHOTO RICK WILKING, ARCHIVES REUTERS

Warren Buffett, patron du fonds Berkshire Hathaway

Depuis un bon moment, les promoteurs n’avaient pas fait mystère du fait qu’ils comptaient sur un investisseur « aux poches profondes » pour mener à bien le projet. Cette participation était cruciale : le fonds Berkshire devait contribuer quelque 4 milliards au projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel à partir de l’énergie électrique. L’usine nécessitait une mise de fonds de 9,5 milliards CAN ; le gazoduc de 780 kilomètres qui devait acheminer le gaz depuis l’Ontario jusqu’au Saguenay représentait un investissement de 4,5 milliards CAN.

Le projet GNL Québec cheminait depuis six ans, mais dans la région, des groupes d’environnementalistes de même que des autochtones avaient annoncé leur désaccord. À Québec, on décode que le fonds américain est extrêmement préoccupé par son image de marque et ne tient pas à se trouver plongé au cœur d’un affrontement entre Blancs et autochtones.

Le désistement du financier est survenu au moment où, partout au pays, des nations autochtones bloquaient des voies ferrées par solidarité avec la nation wet’suwet’en.

GNL avait de son côté engagé une centaine de millions dans la préparation du projet. Une grande partie de la centaine de travailleurs affectés au projet d’usine devront éventuellement être licenciés. Aucun congédiement n’est prévu pour l’instant, précise toutefois Mme Fortin. Pour « le moyen et long terme », il est trop tôt pour s’avancer, ajoute-t-elle.

La liste s’allonge

Avec l’incertitude qui s’abat sur GNL, la série noire de ces mégaprojets énergétiques s’allonge. Il y a quelques jours, les promoteurs tiraient un trait sur le projet d’exploitation de sables bitumineux Teck Frontier (20 milliards), Coastal GasLink (6 milliards) est en panne à cause des blocus autochtones, et les coûts de Trans Mountain, acheté par Ottawa, ont bondi de 7 à 13 milliards.

Devant la décision de Berkshire, les déclarations récentes de François Legault et du ministre québécois des Ressources naturelles, Jonatan Julien, deviennent subitement plus limpides. Tous deux savaient que la participation de Berkshire était compromise en raison des blocus autochtones. 

« GNL Québec a besoin d’investissements majeurs pour faire atterrir ce projet. La situation qu’on vit actuellement, les conseils d’administration des firmes d’investissement doivent regarder ça attentivement », avait prévenu M. Julien la semaine dernière, au plus fort des blocus autochtones. La veille, M. Legault avait laissé tomber que, pour GNL Québec, « pour l’instant le financement n’[était] pas complètement en place ».

Cette nouvelle est tombée au moment où le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) se préparait à entreprendre des audiences publiques sur le projet. Une rencontre préparatoire a eu lieu mercredi, en vue d’une première audience le 16 mars.

GNL Québec en bref

Un projet de 14 milliards

Annoncé en novembre 2018, le projet de GNL Québec vise à transporter le gaz naturel de l’ouest du pays jusqu’à Saguenay afin de le transformer pour ensuite le vendre en Europe et en Asie. Une usine de liquéfaction doit être construite à Saguenay, pour faire passer le gaz de l’état gazeux à l’état liquide, de sorte qu’il se transporte plus facilement. Le projet est estimé à 14 milliards, y compris les 4,5 milliards nécessaires pour le gazoduc. Les premières livraisons sont prévues pour 2025.

Un gazoduc de 780 km

Pour acheminer le gaz de l’Ouest à l’usine de transformation, le projet prévoit la construction d’un gazoduc de 780 kilomètres. La conduite doit relier Saguenay au nord-est de l’Ontario pour se connecter au réseau de transport de TC Énergie. Ce réseau se rend déjà jusqu’en Alberta. Le nouveau gazoduc vers Saguenay nécessite une emprise de 30 mètres.

Des investisseurs étrangers

Les principaux investisseurs derrière GNL sont des Américains. Le milliardaire Jim Breyer avait été l’un des premiers à investir dans Facebook. Jim Illich, quant à lui, est un ancien dirigeant de Bechtel qui a lancé sa firme d’investissement. Les Américains ont choisi Saguenay pour plusieurs raisons. Le climat permettrait d’économiser de l’argent pour refroidir le gaz. Le port en eau profonde du Saguenay est aussi un avantage.

Béluga et GES

Le projet de GNL Québec a suscité l’opposition de plusieurs groupes écologistes comme Greenpeace ou Équiterre. C’est que le gaz naturel est une énergie fossile. La transformation et l’exportation de 11 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié chaque année augmenteraient les émissions annuelles de gaz à effet de serre (GES). Mais de combien de tonnes ? L’entreprise laisse entendre que 40 % de sa production ne remplacerait pas des énergies polluantes en Asie et en Europe. Bref, ce gaz aurait été un ajout aux GES mondiaux. Les opposants s’inquiètent aussi de la hausse du trafic maritime sur le Saguenay, où vit le béluga. L’entreprise prévoit le passage de 320 navires méthaniers chaque année. Les audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) doivent commencer à Saguenay le 16 mars.

— Gabriel Béland, La Presse