La police financière italienne a mené mardi des perquisitions au siège de Fitch à Milan dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet de Trani contre les agences de notation, a-t-on appris de source proche du dossier.

Publié le 24 janv. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette source n'était pas en mesure de donner plus de détails tandis que Fitch n'était pas joignable dans l'immédiat.

Cette visite de la police financière chez Fitch, sur ordre du parquet de Trani, intervient après des perquisitions menées jeudi dernier au siège milanais d'une autre grande agence de notation, Standard & Poor's à Milan, également sur ordre de ce parquet.

Le parquet de Trani accuse les trois grandes agences de notation, S&P, Fitch et Moody's, d'abus de marché.

Les magistrats reprochent notamment à Fitch d'avoir laissé entendre ces derniers jours que la notation de l'Italie avait de grandes chances d'être dégradée d'ici le 31 janvier.

L'un des responsables de Fitch à Milan, Alessandro Settepani, avait notamment indiqué mercredi dernier que l'agence pourrait abaisser la note de l'Italie de deux crans.

L'enquête du parquet de Trani avait été initialement ouverte fin 2010 à la suite d'une plainte déposée par des associations de consommateurs contre un rapport de Moody's dont la publication en mai 2010 avait eu un effet négatif sur les cours de Bourse des banques italiennes.

Elle a ensuite été élargie à S&P - après la publication de communiqués sur l'Italie durant le printemps et l'été 2011 contenant, selon le parquet, des jugements infondés sur la péninsule ayant eu un effet négatif sur les marchés - puis à Fitch.

Les agences de notation ont été accusées d'accentuer la crise de la zone euro en dégradant la notation de pays européens à des moments clés.