Le Plateau-Mont-Royal est au bord de la faillite et l'arrondissement dirigé par la mairesse Helen Fotopulos n'écarte pas l'imposition d'une taxe spéciale en 2010 pour se sortir de l'impasse financière dans laquelle il est plongé, a appris La Presse.

Mis à jour le 6 juill. 2009
Éric Clément LA PRESSE

«Si le Plateau-Mont-Royal était un individu, cet individu serait en situation de faillite imminente», déclare Mme Fotopulos dans une lettre adressée au maire Gérald Tremblay, dont La Presse a obtenu copie.

Dans ce document remis le 17 mars dernier à Gérald Tremblay, Mme Fotopulos décrit la crise financière que vit son administration et se livre à une véritable critique de la gestion des sommes versées aux arrondissements par la ville centre: «Depuis 2002, le Plateau n'a pas la dotation qui devrait être la sienne», écrit-elle.

Le Plateau, qui a reçu une dotation de 55,9 millions en 2009, enregistre des déficits année après année, et le déficit accumulé était de 4,1 millions le 31 décembre dernier.

Dans sa lettre, Mme Fotopulos estime que la politique de l'administration Tremblay est un échec: «Toutes les solutions d'aide du Plateau, devant aussi s'appliquer aux autres arrondissements, ont failli à la tâche», écrit-elle.

Crise profonde

Elle explique au maire que le Plateau a vidé toutes ses réserves: il n'y a plus de surplus disponible, plus aucune réserve pour le déneigement, plus aucune réserve pour imprévus et même «aucune réserve pour ester en justice», ce qui place l'arrondissement dans une situation extrêmement périlleuse en cas de poursuite devant les tribunaux.

La crise est si profonde que depuis deux mois, l'administration du Plateau verse des subventions à des organismes «à même des fonds qui devraient servir à rembourser une partie des prêts consentis à l'arrondissement», lit-on dans des documents officiels de l'arrondissement obtenus par La Presse. Ce sont en effet les cadres de l'arrondissement qui ont prévenu les élus du grave péril en cours.

En 2009, le Plateau a déjà dû adopter une série de compressions importantes qui touchent les services donnés aux 100 000 résidants du quartier, quoi qu'en dise le maire Tremblay qui répète depuis des mois que les compressions ne modifient pas les services aux citoyens.

Mme Fotopulos énumère ces coupes dans sa lettre. Elle évoque les réductions de postes, les gels et les compressions des dépenses déjà pratiqués.

«Nous sabrerons de façon très importante dans les communications avec nos citoyens, et ce, de façon récurrente pour les prochaines années, écrit-elle. Nous n'octroierons plus aucune subvention, et ce, de façon récurrente, pour quoi que ce soit; même s'il ne s'agit que de 50$ ou 200$ pour un programme souvenir d'un club de loisirs ou une fête de personnes âgées. Nous allons devoir geler, et ce, pour un avenir prévisible, presque tous les contrats professionnels. Enfin, nous anticipons nous désengager l'an prochain du programme des éco-quartiers.»

Dans les documents qui accompagnent les attributions de subventions, l'équipe administrative du Plateau écrit que «l'arrondissement a épuisé toutes ses réserves afin de maintenir ses activités opérationnelles et services à la population » et elle suggère, pour redresser la situation, que l'arrondissement prépare un plan ou fasse appel à «l'article 144.2 de la charte de la Ville» qui permet aux arrondissements de décréter la création d'une taxe spéciale.

Mme Fotopulos souhaite dans sa lettre qu'on ajuste à la hausse la dotation du Plateau et même que l'administration Tremblay accepte purement et simplement «de dispenser l'arrondissement du remboursement de sa dette», qui est de 4,1 millions.

La lettre de Mme Fotopulos jette un nouvel éclairage sur ses relations avec l'administration Tremblay.

Non seulement le maire Tremblay n'a pas répondu favorablement à l'appel de Mme Fotopulos, mais le responsable des Finances à la Ville, Sammy Forcillo, a au contraire annoncé que les arrondissements verront leurs dotations gelées en 2010. Celle du Plateau baissera même de 1,1 million, si l'on en croit les données de l'arrondissement (voir tableau).

Depuis, Mme Fotopulos a annoncé qu'elle quittera son poste à la mairie du Plateau-Mont-Royal à la fin de son mandat et sera candidate au poste de conseillère dans le district de Côte-des-Neiges le 1er novembre, toujours avec Union Montréal, le parti du maire Tremblay.

«Pas inquiétant»

Que devra faire le prochain maire du Plateau-Mont-Royal? «Nous promettons de réaliser une réforme équitable des dotations si les citoyens élisent le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, à la mairie, sinon ce sera la porte ouverte à une taxe spéciale», dit la conseillère du Plateau, Josée Duplessis.

Pour le conseiller Michel Labrecque, candidat d'Union Montréal à la succession d'Helen Fotopulos, il n'est pas question de taxe spéciale ni de réclamer à cor et à cri une augmentation de la dotation.

«Moi, je n'utiliserai pas l'angle de la récrimination, dit-il à La Presse. Il faudra échelonner les remboursements sur quatre ans et utiliser la cogestion de certaines opérations avec les arrondissements voisins.»

M. Labrecque dit, par exemple, que comme Ville-Marie sera du ressort de la ville centre, il serait judicieux d'en profiter pour intégrer la direction de certains services, comme le déneigement et la propreté, par exemple.

«Cela permettra, avec une direction intégrée, de partager les frais, dit-il. Pour moi, le déficit n'est pas inquiétant. C'est vrai que le problème est à la Ville mais des démarches devront être faites pour mieux coordonner tout cela.»

Or, selon Projet Montréal, des initiatives de ce genre ne seront pas suffisantes pour résoudre la crise. «Un comptable qui a étudié les chiffres nous a dit que la taxe spéciale est impossible à éviter et ne serait pas suffisante car il faudrait qu'elle atteigne 8 à 9% des taxes foncières actuelles, ce qui est irréaliste, dit Josée Duplessis. Même une fois cette taxe appliquée, les services devront être réduits au minimum absolu, puisque ces coupes sont déjà considérées dans le calcul. L'administration Fotopulos doit exposer dès maintenant les solutions budgétaires qu'elle préconise.»

Le conseil d'arrondissement du Plateau-Mont-Royal a lieu lundi soir à 19 h.