Un programme de dépistage de la surdité chez les enfants sera lancé d'ici au début de l'été au Québec, a appris La Presse. Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, veut s'assurer que tous les bébés subissent un test d'audition avant l'âge de 2 ans.

Ariane Lacoursière LA PRESSE

«Présentement, certains hôpitaux font des tests d'audition à la naissance, comme l'hôpital Sainte-Justine et le CUSM. Mais nous mettrons en place un programme généralisé et organisé dans tout le Québec», a annoncé le ministre Bolduc.

 

Dépister rapidement les problèmes de surdité chez l'enfant est important. «Pour certains problèmes, on est capable d'opérer l'enfant et de lui faire retrouver l'ouïe. Mais si on attend trop, l'enfant vieillit et il est trop tard. La surdité devient irréversible», explique M. Bolduc.

Au Québec, six bébés sur 1000 nés à terme ont un problème de surdité. Chez les bébés prématurés, la proportion est beaucoup plus élevée, soit 4%.

Parce qu'il n'existe aucun programme national de dépistage, plusieurs parents apprennent tardivement que leur enfant est atteint de surdité. L'âge moyen de détection en Amérique du Nord est de 3 ans. Les effets sur le développement du langage sont majeurs, révèlent plusieurs études.

L'Ontario, l'Alberta, le Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve possèdent déjà des programmes nationaux de dépistage.

Selon les dernières estimations de la Coalition québécoise pour le dépistage universel de la surdité chez le nouveau-né, un programme de dépistage universel coûtera environ 5 millions de dollars au Québec au cours des deux premières années de sa mise en place.