Les médecins de l'Hôpital pour les enfants malades de Toronto ont utilisé pour la première fois un poumon artificiel pour maintenir une adolescente de 16 ans en vie.

Sheryl Ubelacker LA PRESSE CANADIENNE

Cette opération, qui permet au patient d'attendre qu'un donneur de véritables poumons se manifeste, n'avait jusqu'ici été effectuée que sur des adultes.

Kathie Sutherland souffrait d'hypertension pulmonaire, une maladie rare qui force le coeur à travailler davantage pour pomper le sang vers les poumons.

En juillet, alors que l'adolescente était en attente d'une transplantation de poumons, son état s'était aggravé. Le médecin en charge, Shaf Keshavjee, a pris la décision d'essayer pour la première fois l'opération sur une enfant.

Lors d'une opération délicate qui a duré trois heures, Katie a été branchée au poumon artificiel de fabrication allemande «Novalung». Selon le médecin, elle n'aurait pas survécu sans cette intervention.

L'opération comportait pourtant de grands risques. C'était la première fois qu'un poumon artificiel était rattaché à de si petits vaisseaux sanguins.

Mais deux jours après l'opération, l'adolescente allait déjà mieux. Puis, près d'un mois plus tard, elle recevait ses nouveaux poumons.

Sept mois après l'opération, Katie Sutherland est désormais de retour à l'école et a repris toutes ses activités.