Dans les heures suivant le meurtre de Karina Esquivel, Imane Akrif a tenté de protéger son amoureux, en affirmant à la police que le crime avait été commis par deux hommes de race noire.

Christiane Desjardins LA PRESSE

C'est, entre autres, ce que l'avocat de la défense Ronnie MacDonald a fait ressortir, ce matin, en contre-interrogeant Mme Akrif, dans le cadre du procès de James Gould. Ce dernier est accusé du meurtre au deuxième degré de Karina Esquivel. La femme de 18 ans a été battue à mort le 23 avril 2007, au cours d'une soirée bien arrosée qui se tenait dans un logement de la rue Racine, à Dorval, où vivaient Imane Akrif et James Gould. Ce dernier aurait «pété les plombs» parce qu'il ne voulait pas que sa copine Imane sorte prendre un verre avec Karina, et que cette dernière lui reprochait d'être contrôlant.

Ce matin, on a appris qu'au moment du drame, Imane Akrif et James Gould se fréquentaient depuis deux mois environ, et qu'ils demeuraient ensemble depuis trois semaines seulement. Me MacDonald s'est également employé à détailler la consommation d'alcool du témoin et de d'autres personnes présentes dans l'appartement ce soir là. Lors de son décès, Karina Esquivel avait .261% d'alcool dans le sang, ce qui représente plus de trois fois la limite permise pour une personne qui conduit.

Le procès devant jury se poursuit cet après-midi au palais de justice de Montréal.