Le député de Québec solidaire Amir Khadir dénonce la «passivité» du Directeur général des élections (DGE), qui a été incapable de faire la lumière sur les dons illégaux de la firme SNC-Lavalin malgré les documents qu'il lui avait remis en 2010.

Tommy Chouinard LA PRESSE

La commission Charbonneau a démontré que les employés de cette firme ont versé, de 1998 à 2010, 570 000$ au Parti libéral du Québec (PLQ) et 477 000$ au Parti québécois. Ils le faisaient en échange d'une prime de leur employeur, ce qui est illégal. Or, en mars 2010, M. Khadir avait remis au DGE une liste de 111 donateurs, principalement libéraux, qui sont employés ou dirigeants de SNC-Lavalin, Axor, BPR et Cima". «C'est une faute grave de ne pas avoir agi avec combativité. Le DGE a été trop timide», estime M. Khadir.