L'opposition et les écologistes ont dénoncé mardi l'intention du gouvernement Legault de réviser à la baisse les engagements climatiques du Québec.

Mis à jour le 27 nov. 2018
MARTIN CROTEAU LA PRESSE

La Presse a rapporté en matinée que le gouvernement de la Coalition avenir Québec compte fixer des cibles « plus réalistes » pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Selon le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, Québec se heurtera à une vive résistance s'il confirme ses intentions.

« M. Legault a le choix actuellement : soit il se positionne comme un leader dans la lutte aux changements climatiques, soit il choisit le camp des Doug Ford et des Andrew Scheer de ce monde et il va à l'encontre du consensus social québécois sur la lutte au changements climatiques », a déploré M. Bonin.

Il souligne que, si le gouvernement révise à la baisse ses engagements climatiques, il ira non seulement à l'encontre du consensus scientifique, mais aussi du gouvernement fédéral. Dans une présentation à l'Organisation des Nations unies, des derniers jours, Ottawa a en effet ouvert la porte à ce que le Canada se dote des cibles « plus ambitieuses ».

« Ce serait faire un dangereux pied de nez aux constats scientifiques », a prévenu M. Bonin.

À l'Assemblée nationale, le chef du Parti libéral, Pierre Arcand, s'est dit « très inquiet » des intentions du gouvernement caquiste.

« Tout le monde parle de l'urgence environnementale et, ce que je vois, c'est que ça ne semble pas être une très grande priorité du gouvernement à ce stade-ci, a-t-il ajouté. Et non seulement ce n'est pas une priorité, mais j'ai l'impression qu'en cette matière, le Québec s'en va plutôt vers un recul. »

En 2009, sous Jean Charest, le Québec s'est engagé à baisser ses émissions de GES de 20 % par rapport au niveau de 1990. Le gouvernement a depuis reconnu du bout des lèvres qu'il va rater cette cible.

En 2015, le gouvernement Couillard a depuis adopté un nouvel objectif, soit de réduire les émissions de 37,5 % sous le niveau de 1990 d'ici 2030.