Source ID:1515; App Source:BreakingNewsEntity

L'ancien premier ministre Bernard Landry s'éteint

L'ex-premier ministre péquiste Bernard Landry n'est plus. Cet homme déterminé, qui a livré tant de batailles pour voir naître le pays du Québec, a rendu l'âme ce matin à 11h30. Ses enfants et sa conjointe Chantal Renaud étaient à ses cotés.

Figure marquante des 50 dernières années, Bernard Landry, le politicien, le militant, l'avocat et le professeur, aura été de tous les combats politiques et économiques. Et il les aura menés avec fidélité, devoir et engagement. Sans déroger à son code d'honneur.

Grand démocrate, épris de liberté, il aura incarné comme nul autre l'esprit des Patriotes. Il avait même décrété une Journée nationale à leur mémoire, en 2002, pour remplacer la fête de Dollard.

«Les Patriotes nous ont donné la démocratie, mais ils souhaitaient l'indépendance, disait-il en mai 2007. Servons-nous alors de la démocratie pour aller chercher notre indépendance.»

La cause de sa vie 

Résolu, cet homme de tête et de coeur aura mis ses efforts acharnés et ses compétences économiques à profit pour faire entrer le Québec dans le concert des nations. 

«Soyons clairs: c'est la cause de ma vie, disait-il en 2017. C'est tellement évident. Le Québec est une des 30 premières nations du monde sur le plan économique. Il y a tout pour être indépendant.» 

Pendant 50 ans, Bernard Landry s'est dévoué à cette mission. Et il l'a fait avec panache. 

Tribun au caractère bouillant, humaniste de haute culture, il défendait ses idées progressistes avec éloquence, voire grandiloquence. Son langage châtié, un brin archaïque, et son verbe enflammé s'émaillaient de formules-chocs, de citations latines et de références historiques.

Colérique, mais d'une grande sensibilité, il n'avait pas froid aux yeux. Impétueux, il affrontait non seulement ses adversaires fédéralistes, mais tous ceux qui passaient leurs ambitions personnelles avant le parti... et le parti avant la patrie. 

C'est pourquoi cet homme fier a assumé pendant longtemps des rôles essentiels, certes, mais qui lui donnaient une image d'éternel second. 

Bernard Landry en 2004... (Photo Clément Allard, archives La Presse canadienne) - image 2.0

Agrandir

Bernard Landry en 2004

Photo Clément Allard, archives La Presse canadienne

Une carrière prolifique

Voué à son idéal, il est resté dans l'ombre de leaders providentiels, de 1976 à 2001, en attendant son heure.

Pendant sa prolifique carrière, il n'en a pas moins dirigé une douzaine de ministères, essentiellement économiques. Les gens d'affaires et les entrepreneurs, entre autres, lui doivent beaucoup.

Au fil du temps, il a été ministre de René Lévesque et vice-premier ministre de Jacques Parizeau. Lieutenant et ministre omnipotent de Lucien Bouchard, il l'a remplacé au poste de premier ministre en 2001. Mais il n'a pas été élu à cette fonction lors des élections tenues deux ans plus tard. 

Sous son court règne, Bernard Landry aura quand même eu le temps de mettre en place plusieurs mesures.

La plus spectaculaire - car elle sert encore de modèle à l'international - est la Paix des Braves. Cette entente avec les Cris concerne le développement des ressources naturelles à la Baie-James.

Face à Ottawa, le gouvernement Landry a particulièrement gardé la dragée haute. On a même assisté à des querelles de drapeaux et de bannières, de l'aquarium de Québec jusqu'au Sommet des Amériques.

Et, plus que tout autre, son administration a utilisé le mot «nation» pour nommer des institutions québécoises, des mesures ou des événements. 

Retour aux sources

Le nationalisme de Bernard Landry, ou son patriotisme, comme il préférait le dire, tire sa source de ses origines familiales. 

Jean-Bernard - son nom de baptême - est né le 9 mars 1937, à Saint-Jacques-de-Montcalm, près de Joliette. 

Auparavant, cette localité agricole et forestière située dans Lanaudière s'appelait Nouvelle-Acadie. Cette appellation a une forte résonance pour la famille Landry. Leurs ancêtres, des Acadiens, ont été déportés en Nouvelle-Angleterre par le régime anglais. 

Leur patronyme a aussi une étonnante signification. D'origine germanique, c'est un dérivé de Landric, qui signifie pays (land) puissant (ric). 

Même le village où Bernard Landry voit le jour a un nom prédestiné, précise-t-on dans la biographie Le grand dérangeant.

Saint-Jacques est le patron des pèlerins. Montcalm est celui du général français vaincu par l'armée britannique sur les plaines d'Abraham. 

Tout au long de son parcours, Bernard Landry tentera d'infléchir ce destin national. Et il mènera fidèlement une croisade pour faire du Québec un pays indépendant. 

Sa longue marche débute à partir d'une petite ferme familiale. Elle le mènera vers les plus hautes fonctions.

***

Les premiers pas d'un leader

Bernard Landry grandit dans une maison de briques rouges, toujours debout, située sur l'artère principale, le rang Saint-Jacques, appartenant aux parents adoptifs de sa mère, Thérèse Granger.

Son père, Jean-Bernard, est agent d'assurances. Victime de la crise économique des années 30, il a dû abandonner ses études. Jusqu'à sa mort, à 50 ans, il a regretté de ne pas avoir été avocat. 

Mais son fils, lui, le deviendra. D'autant plus que c'est un premier de classe.

Le jeune Bernard fait ses études primaires à l'Académie Saint-Louis-de-France, à Saint-Jacques. Déjà, ce politicien en herbe est élu président de toutes ses classes. 

Pendant ses études collégiales au Séminaire de Joliette, il préside la fondation du conseil étudiant. Et il est, de nouveau, président de toutes ses classes, à l'exception de Philo 1. On veut lui donner une leçon... d'humilité, peut-on lire dans la revue Commerce, en 1996.

Prêt pour l'université, Bernard Landry songe un temps à la médecine. Après de courtes études, il bifurque vers le droit. 

Pour payer ses études, il sert pendant huit étés dans la réserve de l'armée canadienne. Le lieutenant Landry a du caractère. Même sous les ordres, il ne s'en laisse pas imposer. Bien au fait du droit militaire, il obtient la traduction de tous les ordres permanents et règlements royaux. 

Études et responsabilités

Inscrit à la faculté de droit de l'Université de Montréal, Bernard Landry y rencontre, à l'automne 1960, une étudiante charmante et brillante, diplômée des Beaux-Arts, future docteure de l'University of Southern California. Et qui deviendra juge à la Cour du Québec.

«Immédiatement, la première fois que je l'ai vue, j'ai été séduit, a-t-il dit dans le recueil d'entretiens L'homme fidèle. Ma vie amoureuse était scellée.»

En juillet 1963, il épouse Lorraine Laporte (1942-1999). Ils auront trois enfants: Julie, Philippe et Pascale. 

À l'université, un de ses professeurs deviendra premier ministre du Canada. Pierre Elliott Trudeau enseigne «Libertés individuelles, libertés collectives». 

Déjà, un débat d'idées, qui se poursuivra pendant des décennies, s'engage entre les deux hommes. Mais les relations restent cordiales. À l'époque, Trudeau l'invite d'ailleurs à se joindre à l'exécutif fondateur de la Ligue des droits de l'homme. 

En plus de ses études, Bernard Landry ne chôme pas. Il est président du comité de fondation de l'Union générale des étudiants du Québec, le premier regroupement du genre. Et il est aussi président de l'Association générale des étudiants de l'Université de Montréal (AGEUM). 

Il s'implique dans plusieurs campagnes pour améliorer la vie étudiante. Il discute même de laïcisation de l'université et de gratuité scolaire avec Paul Gérin-Lajoie, titulaire du nouveau ministère de l'Éducation.

Puis, il réalise son premier grand coup médiatique quand, après avoir organisé une manifestation, il rencontre Donald Gordon pour lui exprimer son indignation. Le président du CN avait laissé entendre qu'il n'embauchait pas de dirigeants canadiens-français, car il n'y en avait pas d'assez compétents. 

Le jeune président de l'AGEUM est de toutes les batailles, dont celle de la nationalisation de l'électricité.

Bernard Landry (à droite) avec René Lévesque en... (Photo Pierre McCann, archives La Presse) - image 4.0

Agrandir

Bernard Landry (à droite) avec René Lévesque en 1972.

Photo Pierre McCann, archives La Presse

Monsieur Lévesque

Sa licence de droit en poche, on le retrouve au cabinet de René Lévesque, ministre instigateur de ce grand projet. Il est conseiller technique au ministère des Richesses naturelles, dans le dossier des mines.

Pour parfaire sa formation, le jeune fonctionnaire part étudier à l'Institut d'études politiques de Paris, en 1965. Il revient deux ans plus tard avec un diplôme en économie et en finances. Et avec deux acquis importants. 

D'abord, l'ultime conviction que l'Union douanière européenne, regroupant six pays à l'époque, est un modèle pour le Québec. 

Ensuite, un impressionnant carnet d'adresses. Car les contacts qu'il s'est faits deviendront de grands dirigeants politiques français, dont Raymond Barre et Michel Rocard. 

De retour au gouvernement, il est chargé de mission au cabinet du ministre de l'Éducation. Mais l'Union nationale est au pouvoir. Et René Lévesque a quitté les libéraux pour fonder un mouvement, puis un parti. 

Bernard Landry le rejoint rapidement. En 1969, il devient membre du Parti québécois. 

S'ouvre alors un nouveau chapitre.

***

Bernard Landry est nommé ministre d'État au Développement... (Photo Pierre McCann, archives La Presse) - image 5.0

Agrandir

Bernard Landry est nommé ministre d'État au Développement économique en 1976, à la suite de l'élection du Parti québécois.

Photo Pierre McCann, archives La Presse

Le politicien

«Je vous offre le Développement économique, Bernard.» 

«Mais si ça ne développe pas, M. Lévesque?» 

«Si ça ne développe pas, on va tous y goûter!» 

Cet échange savoureux a été publié dans L'actualité, il y a plus de 20 ans. Il nous ramène en 1976, lors de la création du premier Conseil des ministres du Parti québécois. 

Le moment est historique. Le 15 novembre, pour la première fois, un parti indépendantiste prend le pouvoir au Québec. Bernard Landry est sur le point d'amorcer sa carrière politique. 

Au cours des huit dernières années, il a pratiqué le droit à Joliette. Et il a été battu deux fois dans cette circonscription, en 1970 et en 1973.

Cette fois, élu dans Fabre, à Laval, il accède au premier cabinet Lévesque, qui deviendra mythique. Il rejoint les Parizeau, Laurin, Morin, Payette, Bédard, Léger, Charron et compagnie.

Ministre d'État au Développement économique, Bernard Landry expose ses idées dans Bâtir le Québec, un document de plus de 500 pages.

Son mantra est clair. Le secteur privé constitue le principal moteur économique, mais l'État demeure l'arbitre. Car le développement doit se faire dans le respect de «la justice sociale, de la qualité de vie, du respect de la personne et de l'environnement». 

La deuxième partie de cette stratégie, Le virage technologique, est publiée cinq ans plus tard. Et elle montre la clairvoyance du ministre Landry pour l'époque.

Déjà, en 1982, il propose de miser sur les nouvelles technologies pour permettre l'essor économique du Québec. 

Bernard Landry en 1980.... (Photo Pierre Côté, archives La Presse) - image 6.0

Agrandir

Bernard Landry en 1980.

Photo Pierre Côté, archives La Presse

Le vent tourne 

Mais entre-temps, le 20 mai 1980, le Québec a perdu le référendum sur la souveraineté-association avec le Canada. 

Malgré sa victoire électorale d'avril 1981, plusieurs événements affaiblissent le gouvernement Lévesque. Une grève fait rage dans la fonction publique. Mais surtout, la Constitution du pays est rapatriée sans l'accord du Québec. 

René Lévesque s'engage alors dans le «beau risque» canadien. Du coup, plusieurs ténors indépendantistes, dont Jacques Parizeau, quittent le gouvernement. Bernard Landry reste fidèle à son chef et tente, sans succès, de calmer les dissensions. 

Au cours de ce deuxième mandat, il est successivement ministre du Commerce extérieur et des Relations internationales. 

Au départ de René Lévesque, il tente sa chance lors de la course au leadership du Parti québécois. Mais il abandonne rapidement à l'été 1985, faute d'appuis suffisants. 

Quand Pierre Marc Johnson arrive à la tête du gouvernement, il le nomme ministre des Finances. Mais c'est de courte durée.  

Parenthèse intellectuelle

Le chef libéral Robert Bourassa prend le pouvoir en décembre de la même année. 

Bernard Landry est défait dans sa circonscription de Laval-des-Rapides. Il devient professeur à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) où il enseignera pendant huit ans, jusqu'à l'élection du gouvernement Parizeau. 

Lors de cette «parenthèse intellectuelle», comme il l'appelle, il est invité dans plusieurs pays, en France et en Afrique. Il enseigne aussi au Mexique, car il parle parfaitement espagnol.

Spécialiste du libre-échange, reconnu par ses pairs, il publie Commerce sans frontières en 1987. Conférencier recherché par les gens d'affaires, il conseille notamment des membres du Parti progressiste-conservateur, qui remporteront les élections fédérales sur ce thème l'année suivante. 

Le grand retour

Le politicien revient en force avec la victoire du Parti québécois, le 12 septembre 1994. 

Après l'échec des accords du lac Meech et de Charlottetown, l'heure est au référendum sur la souveraineté du Québec. Il se tiendra le 30 octobre 1995.

Encore une fois, Bernard Landry sert de trait d'union entre les modérés et les radicaux du parti. Il appuie notamment Lucien Bouchard, chef du Bloc québécois et de l'opposition officielle à Ottawa, dans son virage pour inclure une offre de partenariat au Canada dans la question référendaire. 

Il est vice-premier ministre, ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles dans le gouvernement Parizeau. Il est aussi responsable, à titre de ministre des Affaires internationales, d'obtenir des appuis à la souveraineté du Québec de la part des pays étrangers, dont la France. 

Il pousse toutefois le zèle jusqu'à envoyer une lettre de remontrances au représentant des États-Unis, favorable au maintien de la fédération canadienne. Ce qui ne semble pas émouvoir les Américains... 

Le 30 octobre 1995, il ne manque qu'un peu plus de 54 000 votes au camp du Oui pour réaliser son rêve. En peu de temps, Lucien Bouchard remplace Jacques Parizeau à la tête du Québec. 

Dans ce nouveau gouvernement, Bernard Landry devient le ministre le plus puissant de toute l'histoire du Québec. Le «grand vizir» prend le contrôle de tous les ministères économiques. 

Et il a le champ libre.

***

Bernard Landry en 1999 lors du dépôt de... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne) - image 7.0

Agrandir

Bernard Landry en 1999 lors du dépôt de son budget en tant que ministre des Finances du gouvernement de Lucien Bouchard (à gauche).

Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne

L'homme fort

Quand Lucien Bouchard annonce la composition de son cabinet, Bernard Landry dirige tellement de ministères qu'il est impossible de tous les nommer sur sa carte professionnelle! 

Il est vice-premier ministre, vice-président du Conseil exécutif, ministre d'État à l'Économie et ministre des Finances, du Revenu, de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie. À cela s'ajoutent 18 sociétés d'État et agences gouvernementales. 

En 1997, la revue Canadian Business le considère comme «l'homme le plus dangereux du Québec». Celui qui pourrait assainir les finances publiques, créer des emplois et apporter «les conditions gagnantes» pour un prochain référendum.

Le super ministre arrive pourtant à moment difficile: en 1996, le taux de chômage franchit la barre des 12% et le déficit dépasse les 3 milliards.

Pourtant, malgré des décisions difficiles, il parvient à atteindre l'exigeant «déficit zéro» et soutient la relance des investissements des entreprises. Son programme de crédits d'impôts, notamment, attire les entreprises technologiques dans la nouvelle Cité du multimédia.

De plus, il est un acteur important dans la création de plusieurs mesures sociales, comme les garderies à 5 $ et l'assurance médicaments. 

Réélu en 1998, il est bien en selle au sommet de l'État. Et il est prêt à succéder à Lucien Bouchard, qui démissionne en 2001. 

Il apprend la décision de son chef quelques jours à l'avance. Il a le temps de préparer son équipe pour une guerre éclair qui coupe toute velléité à ceux qui, comme Pauline Marois, pensent à la direction du parti.

Bernard Landry arrive en poste alors que la popularité du gouvernement est plombée après sept ans de pouvoir. Les problèmes d'accès au système de santé et la grogne ayant suivi les fusions municipales font beaucoup de mécontents. 

Bernard Landry avec sa mère lors de son... (Photo archives La Presse) - image 8.0

Agrandir

Bernard Landry avec sa mère lors de son assermentation comme premier ministre du Québec, en 2001.

Photo archives La Presse

Le premier ministre Landry

Comme premier ministre, il veut redonner un second souffle au gouvernement. Mais, après neuf mois en poste, on lui reproche la grande taille de son deuxième cabinet, formé en janvier 2002. Il compte 35 personnes, en incluant les ministres délégués. 

N'empêche, le gouvernement Landry adopte plusieurs mesures, dont une loi anti-pauvreté.

Il lutte contre le déséquilibre fiscal entre les provinces et le fédéral. Il adhère aux principes du protocole de Kyoto pour protéger l'environnement. 

Il offre une indemnisation aux orphelins de Duplessis, des enfants internés illégalement dans des hôpitaux psychiatriques dans les années 40 et 50. Et il signe la Paix des Braves avec les Cris, une entente pour développer des ressources naturelles à la Baie-James. 

Sous le thème Horizon 2005 - Plein emploi et souveraineté, le premier ministre souhaite aussi réaliser l'indépendance du Québec dans les 1000 jours. 

Bernard Landry s'engage dans la campagne électorale de 2003 avec de bons appuis et le slogan «Restons forts». 

Bernard Landry démissionne de son poste de chef du Parti... (Photo Clément Allard, archives La Presse canadienne) - image 9.0

Agrandir

Bernard Landry démissionne de son poste de chef du Parti québécois au congrès du 4 juin 2005.

Photo Clément Allard, archives La Presse canadienne

Coups de théâtre

Sa campagne, plutôt tranquille, de l'avis des observateurs, se passe assez bien jusqu'à la soirée des débats. C'est alors que son adversaire libéral Jean Charest, fidèle à son slogan «Nous sommes prêts», tire un lapin de son chapeau. 

Dans la journée, Jacques Parizeau aurait répété sa déclaration faite le soir du référendum sur «l'argent et les votes ethniques», lui lance le chef libéral. Bernard Landry est-il d'accord avec lui? 

Désarçonné, le premier ministre péquiste n'est pas au courant de cette histoire. Dans le film À hauteur d'homme, du cinéaste Jean-Claude Labrecque, on voit bien son accablement. Et l'insistance d'un journaliste à avoir une réponse. 

Bernard Landry protège son ancien chef. «Audi alteram partem!», insiste-t-il, encore et encore. En d'autres mots, il faut entendre l'autre partie avant de juger. Cette répartie fait désormais partie du folklore politique québécois. 

Le 14 avril 2003, il perd les élections avec 33% des votes, pour 45 sièges. Mais il demeure chef du Parti québécois. Son adversaire libéral obtient 46% des suffrages, pour 76 sièges. 

Bernard Landry reste en poste jusqu'au congrès péquiste du 4 juin 2005. Les 1500 délégués l'appuient alors à hauteur de 76,2%. 

Coup de théâtre! Poussé par sa garde rapprochée, qui juge le résultat de ce vote de confiance insuffisant, il démissionne.

Il regrettera cette décision. Il en parlera souvent. «Tous les jours, je croise des gens qui me disent que je n'aurais jamais dû partir», a-t-il dit à La Presse en 2015. 

Bernard Landry à sa maison de Verchères en... (Photo André Pichette, archives La Presse) - image 10.0

Agrandir

Bernard Landry à sa maison de Verchères en 2016.

Photo André Pichette, archives La Presse

Son dernier mot

Bernard Landry connaît une retraite active, accompagnée de Chantal Renaud, une artiste qu'il a épousée à l'été 2004. 

Il mène à la fois ses actions de militant «exemplaire», ses sorties publiques et ses cours à l'Université du Québec à Montréal, où il est de retour, et qui lui permettent d'enseigner à travers le monde, de la France à l'Égypte jusqu'en Chine. 

Pourtant, il n'avait pas dit son dernier mot. Et c'est de sa maison de Verchères, dont la grange a servi aux Britanniques durant les rébellions de 1837-1838 pour emprisonner des «insurgés», qu'il a posé son ultime geste politique. Son devoir de mémoire. Son dernier cri pour l'indépendance du Québec.

Cet automne, malade et épuisé, appuyé par son fidèle bras droit Jean-Yves Duthel, il rédigeait sa biographie: L'héritage d'un patriote.

Quand la Société Saint-Jean-Baptiste l'a honoré de ce titre, en 2006, après son retrait de la politique, il avait dit: «Être patriote, c'est d'abord et avant tout aimer son pays.» 

Il l'aura prouvé toute sa vie.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer