Si c'était une coïncidence, elle était quand même révélatrice.

Simon-Olivier Lorange LA PRESSE

Le même jour, mais à près de 700 km de distance, la plus jeune députée de l'Assemblée nationale était investie pour les prochaines élections provinciales pendant que le doyen du groupe tirait sa révérence.

Sans surprise, Catherine Fournier, 25 ans, a remporté hier l'investiture péquiste dans Marie-Victorin, circonscription qu'elle représente depuis décembre 2016. François Gendron, lui, a confirmé à ses commettants d'Abitibi-Ouest que le présent mandat serait son dernier, après plus de 40 ans de service public.

« M. Gendron peut partir avec le sentiment du travail accompli, c'est un honneur de recevoir le flambeau d'un homme comme lui », a dit Catherine Fournier, hier, aux nombreux militants péquistes réunis à Longueuil. M. Gendron avait par ailleurs enregistré une vidéo rendant hommage à sa jeune collègue.

La vice-cheffe du PQ Véronique Hivon a décrit sa députée comme « la plus belle relève politique qu'on puisse imaginer ».

« On a connu plusieurs modèles d'hommes politiques, il est temps de voir des modèles de femmes politiques diversifiés, d'âges différents, de générations et de communautés différentes », a ajouté Mme Hivon.

Celle-ci a précisé en entrevue que le PQ, qui souhaite atteindre la « zone paritaire » chez ses candidats en vue de l'élection du 1er octobre, mettrait de l'avant de jeunes hommes et femmes dans « plusieurs circonscriptions intéressantes ».

Interrogée à savoir si cet engagement n'était pas en contradiction avec le retour de Jean-Martin Aussant, et celui possible de l'ex-chef Pierre Karl Péladeau, Mme Hivon a affirmé qu'en politique, « il faut des nouveaux venus, mais aussi des piliers forts qui restent, ainsi que des retours ». Elle voit dans la présence de M. Aussant « un signal de rassemblement très fort pour les forces souverainistes et progressistes ».

La fin pour Gendron

Près de 42 ans après sa première élection, François Gendron a annoncé hier à « son monde », à La Sarre, en présence de son chef Jean-François Lisée, qu'il ne se représenterait pas aux prochaines élections générales. Le politicien de 73 ans est encore en forme, mais les trajets en avion et en voiture commençaient à le fatiguer et il ne se sentait pas capable d'affronter un autre mandat de quatre ans.

Pendant sa carrière politique, M. Gendron aura porté plusieurs chapeaux : il a dirigé les ministères de la Fonction publique, de l'Éducation, des Ressources naturelles et de l'Agriculture, il a été chef par intérim du Parti québécois et il a été président de l'Assemblée nationale.

Presque tous les rôles, sauf un : celui de premier ministre. Il y a pensé, reconnaît-il, mais « pas longtemps ».

Interrogé à savoir si les politiciens de nos jours ont la vie plus dure qu'avant, François Gendron répond spontanément par l'affirmative.

« Il y a beaucoup moins de respect pour ceux et celles qui la font. Pourtant, tous ceux que je connais qui ont accepté de la faire, ce sont des gens dédiés qui font leur fin possible », a-t-il soutenu.

M. Gendron assure qu'il demeurera membre et militant du Parti québécois, et s'il n'avait qu'un conseil à donner à son parti, ce serait de rester authentique et « de donner l'heure juste ».

« Vous savez, on peut changer nos priorités, mais on doit garder nos convictions », a-t-il conclu.

- Avec La Presse canadienne

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

François Gendron a confirmé à ses commettants d'Abitibi-Ouest, hier, que le présent mandat sera son dernier, après plus de 40 ans de service public.