Le gouvernement rejette les accusations de racisme systémique dans ses nominations, mais reconnaît qu'il y a un problème.

Publié le 7 févr. 2017
Patrice Bergeron LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre Philippe Couillard estime en effet qu'«il y a beaucoup de progrès à faire au Québec».

C'est Québec solidaire qui a accusé lundi le bureau du premier ministre de racisme systémique dans ses nominations. Selon le parti de gauche, les personnes issues de minorités constituent seulement 2 % des 400 à 500 nominations par année effectuées par le Conseil exécutif.

Dans un point de presse mardi en ce jour de rentrée parlementaire, M. Couillard a dit qu'il ne pensait pas que c'était le cas.

Il a toutefois ajouté qu'il y a beaucoup de progrès à faire et que c'est clair quand on regarde les chiffres d'accès à la fonction publique des communautés culturelles.

La ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, a réagi à l'accusation. Selon elle, il ne s'agit pas de racisme systémique, mais elle a admis qu'il y avait un problème.