Philippe Couillard a assuré mercredi qu'il ne regrette pas une seconde d'avoir associé Jean-François Lisée aux «partis populistes d'Europe».

Publié le 12 oct. 2016
MARTIN CROTEAU LA PRESSE

Le premier ministre a été critiqué ces derniers jours pour avoir déclaré qu'avec M. Lisée à sa tête, le Parti québécois a «une parenté familière» avec certains partis européens. Bien qu'il n'ait pas précisé lesquels, certains y ont vu un parallèle avec des formations d'extrême droite.

Le premier ministre s'est défendu d'avoir voulu associer M. Lisée à un parti en particulier. Et il n'a pas renié ses propos.

«J'ai délibérément dit ce que j'ai dit, je le maintiens, a déclaré le premier ministre au terme d'une réunion de son cabinet. C'est incroyable, le dérapage qu'il y a eu pendant la course à la chefferie et je ne crois pas que ça peut être passé sous silence.»

Si ses commentaires étaient virulents, c'est qu'il voulait dénoncer les «dérapages» et les déclarations «inquiétantes» qu'il a entendues lors de la course à la direction du PQ.

Il a cité en exemple le député péquiste Maka Kotto, qui a accusé M. Lisée de «d'agiter des vecteurs qui chatouillent la part sombre de nos âmes». Il a également rappelé que le nouveau chef a associé son rival Alexandre Cloutier au prédicateur controversé Adil Charkaoui lors d'un échange sur la laïcité.

«On ne peut pas passer sous silence certains éléments des arguments qui ont été développés pendant cette campagne», a affirmé M. Couillard.

Plus tôt dans la journée, la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, avait défendu la charge de son chef. Selon elle, la manière dont M. Lisée a fait campagne justifie qu'il soit associé à des partis populistes européens.

«Je pense que M. Lisée a joué dans ces eaux-là, dans ces secteurs-là, il est allé chasser dans ces terres-là», a dit Mme St-Pierre.

«On le félicite pour cette course qu'il a menée et nous voulons travailler - et il doit travailler avec nous - pour faire en sorte que le Québec soit prospère et que nous soyons, surtout, surtout, ouverts sur le monde», a dit Mme St-Pierre.