Après une vingtaine de villes québécoises, dont Montréal, c'est au tour du Parti québécois de presser Québec de s'opposer à ce qu'une ville du Wisconsin s'approvisionne en eau dans le lac Michigan. Mais le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a affirmé mardi qu'il est trop tôt pour préciser ses intentions.

Publié le 23 févr. 2016
MARTIN CROTEAU LA PRESSE

L'opposition a grimpé d'un cran face au projet de la petite ville de Waukesha de bâtir une canalisation jusqu'au lac Michigan pour y puiser son eau potable. Ce projet est suivi de près au Québec parce que c'est la première fois qu'une administration demande de déroger à un traité qui interdit le détournement de l'eau des Grands Lacs.

À l'Assemblée nationale, mardi, le député du Parti québécois, Mathieu Traversy, a pressé Québec de tout faire pour bloquer l'initiative.

« Le ministre doit comprendre que ce projet créerait un dangereux précédent s'il devait être autorisé par le gouvernement du Québec, a-t-il dit. Une décision favorable pourrait paver la voie à d'autres projets similaires. Déjà quatre villes y réfléchissent très sérieusement. »

« Qu'attend le ministre pour se positionner contre ce projet et qu'est-ce qui le fait hésiter? » a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, a rétorqué qu'il est trop tôt pour prendre position. La requête de Waukesha fait 3000 pages, et l'étude de ce document n'est pas encore terminée, a-t-il dit.

« On fait notre travail, a-t-il assuré. Mais, avant de prendre position, laissez-nous évaluer le projet. »

Le mois dernier, M. Heurtel s'était dit « préoccupé » par le projet de Waukesha. Il a refusé de répondre aux questions des journalistes mardi. 

La sortie du PQ contre le projet fait survient 24 heures après celle de l'administration Coderre. Lundi, les élus de Montréal ont adopté une résolution pour s'opposer à ce que Waukesha puise de l'eau dans le lac Michigan. Plusieurs autres villes québécoises ont lancé des initiatives semblables.