Les auteurs de L'assassinat de Gilles Duceppe ont décidé de changer le titre de leur pièce de théâtre satirique. Hier, La Presse a révélé que l'ancien chef du Bloc québécois avait réclamé que l'oeuvre soit retirée de la programmation du Zoofest tout comme l'acteur Mario Saint-Amand qui demandait que son nom soit enlevé du texte de la production. La pièce de théâtre s'appellera donc «l'assassinat du président».

Émilie Bilodeau LA PRESSE

Olivier Morin, l'un des deux auteurs de la pièce, confirme qu'une lettre a été envoyée à M. Duceppe pour lui expliquer les motivations derrière la pièce de théâtre. «On lui a envoyé une lettre et on a eu une courte discussion ce matin», affirme-t-il.

Guillaume Tremblay, l'autre auteur, raconte qu'il a expliqué à M. Duceppe qu'il tenait le rôle d'un président et d'un héros de la population. «Le reste était correct pour lui si on changeait le titre, dit-il. Il a changé son fusil d'épaule en voyant que ce qu'on faisait, on le faisait avec amour.»

Même si le titre de la pièce a changé, le personnage principal demeure celui de Gilles Duceppe. La pièce se déroule en 2027 à la veille de référendum. M. Duceppe suit des cours de diction avec Serge Postigo et prononce ensuite un discours historique qui doit mener le Québec à la souveraineté. Or, au lendemain du laïus, il «se fait passer dessus par une souffleuse». Un film sur la carrière du politicien est tourné dans lequel Mario Saint-Amand tient le rôle principal, peut-on lire dans le synopsis.

«Le problème c'est que je n'étais pas au courant de ça. J'ai donc appelé Mario Saint-Amand en premier. On pensait tous les deux que c'était un canular», raconte M. Duceppe.

«J'ai compris ce qui en était et je ne veux pas censurer les jeunes. Ils m'ont donc proposé de changer le titre. Je l'ai trouvé pas mal meilleur parce que ça fait toujours bizarre d'apprendre sa mort dans les journaux», dit-il en riant. «Ils auraient simplement pu m'en parler avant.»

Les auteurs ont proposé à l'ancien chef du Bloc québécois de voir la pièce qui sera présentée dans le cadre du festival Zoofest. M. Duceppe n'a pas refusé l'invitation même qu'il a affirmé à La Presse qu'il allait «sûrement» assister à l'une des cinq représentations au théâtre La Chapelle.