La pièce de théâtre L'assassinat de Gilles Duceppe suscite la controverse avant même sa première représentation. L'ancien chef du Bloc québécois demande que le Zoofest retire la pièce de sa programmation, a appris La Presse. Le comédien Mario Saint-Amand veut quant à lui qu'on enlève son nom qui figure dans le texte de l'oeuvre.

Émilie Bilodeau LA PRESSE

La pièce, qui doit être présentée cinq soirs au Théâtre La Chapelle, se déroule en 2027. À la veille d'un référendum sur la souveraineté, Gilles Duceppe suit des cours de diction avec Serge Postigo avant de prononcer «un des plus grands discours que la terre ait connu», peut-on lire dans le synopsis. Au lendemain de son laïus historique, «la nouvelle idole du Québec» se fait écraser par une souffleuse.

Selon les informations obtenues par La Presse, Gilles Duceppe n'a jamais été informé qu'il était le personnage central d'une pièce de théâtre et surtout que son nom se trouvait dans le titre de l'oeuvre. Même si la pièce est une fiction, le scénario n'a pas fait rire M. Duceppe. Hier, ses avocats ont pris contact avec les organisateurs du Zoofest pour qu'ils retirent la pièce de leur programmation.

Les auteurs et le diffuseur comptent quant à eux aller de l'avant en présentant la pièce dans le cadre du festival. Ils se disent surpris et déçus de la réaction de l'ancien politicien. «M. Duceppe a un rôle héroïque dans la pièce et c'est une fiction qui se passe dans le futur», affirme Olivier Morin, l'un des deux auteurs qui se sont fait connaître l'été dernier avec un opéra rock sur Clotaire Rapaille. M. Morin confirme qu'il n'a pas joint M. Duceppe pour l'informer du projet. Il assure cependant que la pièce est flatteuse à l'endroit de l'ex-élu.

«Je crois qu'on est libres d'en faire un personnage. C'est de la satire comme ce qui se faisait avec Rock et Belles Oreilles ou ce qui se fait avec Et Dieu créa... Laflaque», a rétorqué l'autre auteur, Guillaume Tremblay.

Martin Durocher, directeur général et artistique du Zoofest, a affirmé qu'il allait soutenir les auteurs. «La pièce est une satire. Ces gars-là [les auteurs] sont des indépendantistes... J'ai l'impression qu'on est en train de monter en épingle une création tout à fait géniale», a dit M. Durocher.

Mario St-Amand dans le synopsis

Mario Saint-Amand a également demandé qu'on retire son nom de la pièce. Dans le synopsis, on peut lire que le comédien est l'acteur principal d'un film qui est tourné à la suite de la collision entre la souffleuse et M. Duceppe. Or, Mario Saint-Amand ne participe d'aucune manière à la pièce.

«Mario n'a jamais été joint et il n'a pas consenti à ce que son nom apparaisse dans ce projet-là. Il a été surpris en l'apprenant et ça portait à confusion qu'on fasse mention de son nom», a dit Silvia Molina, attachée de presse de l'artiste.

Les auteurs affirment qu'ils comptaient demander au comédien de faire une apparition dans la pièce. «S'il refuse, on avisera», a dit M. Morin.