Source ID:34852d5e5e4137a4bd9d011dc87f5661; App Source:StoryBuilder

Crise avec Riyad: l'ex-ambassadeur du Canada critique Ottawa

Dennis Horak juge que le gouvernement de Justin... (PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE L'AMBASSADE CANADIENNE EN ARABIE SAOUDITE)

Agrandir

Dennis Horak juge que le gouvernement de Justin Trudeau a plus cherché à plaire à des organisations comme Amnistie internationale qu'à essayer de faire évoluer les choses en Arabie saoudite.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE L'AMBASSADE CANADIENNE EN ARABIE SAOUDITE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Ottawa

L'ancien ambassadeur du Canada en Arabie saoudite, expulsé début août au début de la crise entre Riyad et Ottawa, a ouvertement critiqué pour la première fois mercredi la « diplomatie Twitter » de son propre pays envers le régime saoudien.

Dans une interview à la chaîne CBC, Dennis Horak assure qu'il n'a pas été consulté avant l'envoi d'un tweet du ministère canadien des Affaires étrangères qui a mis le feu aux poudres en appelant Riyad à remettre en liberté des militants des droits de l'homme récemment arrêtés.  

« Ce fut une très grosse surprise », a commenté l'ancien diplomate, aujourd'hui à la retraite. Interrogé sur cette « diplomatie Twitter », M. Horak reconnaît « ne pas en être fan ».

Ce tweet, traduit en arabe, avait provoqué la colère des autorités saoudiennes. Celles-ci avaient immédiatement réagi en annonçant l'expulsion de l'ambassadeur du Canada, en gelant tout nouveau commerce ou investissement avec ce pays et en ordonnant le départ des étudiants saoudiens au Canada.

« Je crois que nous sommes allés trop loin », juge-t-il aujourd'hui, tout en estimant que l'Arabie saoudite avait « surréagi » après ce tweet.

Dennis Horak juge que le gouvernement de Justin Trudeau a plus cherché à plaire à des organisations comme Amnistie internationale qu'à essayer de faire évoluer les choses en Arabie saoudite.

« J'ai l'impression que les applaudissements que le gouvernement a reçus d'Amnistie internationale et d'autres organisations sont bien accueillis par le gouvernement, et peut-être à juste titre. C'est peut-être ce qui le motive », dit-il à la chaîne publique.

Mais Riyad a cru que le Canada, avec son tweet, ciblait la population saoudienne, alors partagée sur les réformes menées par le prince héritier Mohammed ben Salmane, estime l'ex-ambassadeur.

Certaines réformes, comme l'autorisation de la conduite pour les femmes, étaient populaires, mais une partie de l'opinion jugeait que « l'Arabie saoudite était peut-être trop ouverte face aux exigences occidentales », selon lui.

« Cela aurait pu leur donner des munitions pour dire : "Regardez, regardez, nous sommes bousculés par l'Occident, ils exigent maintenant que notre système judiciaire fasse X, Y et Z" », poursuit-il.

Aujourd'hui, le Canada ne doit pas présenter d'excuses, comme le souhaite Riyad, mais devrait tenter de renouer les liens avec l'Arabie saoudite, selon lui.

« Je ne sais pas si nous pouvons nous en sortir, mais nous devons commencer à nous décider : voulons-nous sauver cette relation ou pas », interrogé l'ancien diplomate. « Mais le voulons-nous ? Je ne sais pas ».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer