Source ID:; App Source:

Le chef de cabinet de Harper démissionne

Nigel Wright, photographié en 2010 lors d'un comité... (Photo: archives PC)

Agrandir

Nigel Wright, photographié en 2010 lors d'un comité sur l'accès à l'information.

Photo: archives PC

Le bras droit du premier ministre Stephen Harper vient de démissionner. Nigel Wright a été avalé par une controverse autour du chèque personnel de 90 000 $ qu'il a remis au sénateur Mike Duffy.

Le chef de cabinet du premier ministre, Nigel Wright, était en poste depuis janvier 2011. Il avait auparavant fait fortune dans les affaires, notamment comme cadre d'Onex, un géant de l'investissement.

Dimanche matin, un bref communiqué du premier ministre a annoncé le départ de M. Wright.

«C'est avec beaucoup de regret que j'ai accepté la démission de Nigel Wright à titre de chef de cabinet, peut-on y lire. J'accepte que Nigel ait cru qu'il agissait dans l'intérêt public, mais je comprends la décision qu'il a prise de démissionner.»

Cette semaine, un porte-parole du premier ministre a indiqué que le chef de cabinet avait donné 90 000 $ au sénateur conservateur Mike Duffy pour rembourser une somme empochée indûment pour des allocations de logement.

Pendant quelques années, le sénateur avait déclaré qu'un chalet à l'Île-du-Prince-Édouard constituait sa résidence principale, ce qui lui permettait de toucher une prime d'éloignement. M. Duffy habitait en réalité en banlieue d'Ottawa.

Jeudi, Mike Duffy a annoncé qu'il se retirait du caucus conservateur, mais qu'il conservait son poste de sénateur. Le lendemain, sa collègue Pamela Wallin a suivi le même chemin, après des mois de controverse autour de ses comptes de dépense.

«Scandale conservateur», dit le NPD

Alexandre Boulerice, chargé de commenter l'annonce au nom de l'Opposition officielle, a indiqué que le départ de Nigel Wright ne l'avait pas surpris.

«C'était devenu un peu inévitable. Avec la patate chaude du scandale de Mike Duffy, c'était difficile de maintenir M. Wright en poste, a affirmé le député de Rosemont-La Petite Patrie en entrevue téléphonique.

Pour lui, Stephen Harper a pilé sur sa promesse d'appliquer une politique de «tolérance zéro» pour les dérives éthiques.

«Les scandales conservateurs ont remplacé les scandales libéraux, a-t-il ajouté. C'est bonnet blanc, blanc bonnet.»

M. Boulerice a aussi rappelé que sa formation politique proposait l'abolition pure et simple du sénat canadien.

Un proche de Harper prend la relève

C'est Ray Novak, secrétaire principal du premier ministre et numéro 3 de son cabinet avant le départ de M. Wright qui prend sa relève, a révélé la CBC.

Pendant presque quatre ans, alors que Stephen Harper était chef de l'Opposition officielle, M. Novak a vécu dans un petit studio situé au-dessus du garage de sa résidence officielle, selon le magazine Maclean's. Il partageait ses repas avec la famille du politicien.

«Ray l'a côtoyé plus que n'importe qui pendant plusieurs plusieurs années», a affirmé Ian Brodie, le premier chef de cabinet du premier ministre Harper, dans le même article. «Ils n'étaient que rarement séparés.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer