Source ID:; App Source:

Stephen Harper est la cible d'un groupe pro-vie en Alberta

Malgré les demandes de plusieurs groupes pro-vie, Stephen... (Photo: PC)

Agrandir

Malgré les demandes de plusieurs groupes pro-vie, Stephen Harper a répété au cours des derniers mois son intention de garder le débat sur l'avortement clos.

Photo: PC

Un groupe militant pro-vie albertain reconnu pour ses campagnes incendiaires a lancé une nouvelle offensive cette semaine contre des politiciens opposés à la réouverture du débat sur l'avortement. Leur première cible: le premier ministre canadien Stephen Harper.

Les membres du Canadian Centre for Bio-Ethical Reform (CCBR) [traduction: Centre canadien pour les réformes bioéthiques], un organisme financé par dons, distribuent des cartes postales dans la circonscription électorale de Stephen Harper, Calgary Sud-Ouest, réclamant de nouvelles balises qui restreignent le droit à l'avortement au pays.

La carte postale, imprimée en couleur, place le visage du premier ministre Harper à côté de ce qui apparaît être le corps d'un enfant mort après avortement, dont la tête et l'ensemble des membres de son corps sont visibles. Les images sont choquantes, aux dires mêmes de la directrice générale du CCBR, Stephanie Gray. La Presse a décidé de ne pas diffuser ces images.

«Stephen Harper a toujours refusé d'ouvrir à la Chambre des communes le débat sur l'avortement. Il l'a répété à de nombreuses reprises. En refusant de débattre, il permet l'avortement d'enfants jusqu'à quelques semaines avant leur naissance», martèle Mme Gray depuis Calgary, lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse.

Le groupe annonce que quatre nouveaux politiciens seront visés d'ici la fin de l'été. Les membres du CCBR veulent distribuer 250 000 cartes postales en tout.

La directrice générale, Stephanie Gray, affirme avoir reçu plusieurs appels ou courriels de citoyens choqués par les images.

«Les gens qui nous écrivent ne sont pas contents. Mais nous poursuivons notre campagne, qui sera d'échelle nationale, explique-t-elle. Nous refusons de divulguer le nom des prochains politiciens visés. Notre idée est simple: si tu es pour l'avortement, tu dois subir le regard des enfants.»

Aucun politicien n'a pour l'instant réagi à la campagne du CCBR.

Des appuis au Québec

«Je trouve que c'est une bonne initiative. D'ailleurs, cela fait au moins trois ans que je tente d'ouvrir une branche de cet organisme au Québec. Nous voulons publier ici aussi des images bouleversantes comme celles qui sont distribuées à Calgary», explique Georges Buscemi, président de la Campagne Québec-Vie.

«Ces campagnes influencent les gens, même s'ils sont pro-choix. Tu ne peux pas voir des images comme ça sans être touché dans ton coeur. Un avortement, c'est la mise à mort d'un être humain», martèle-t-il.

Malgré les demandes de plusieurs groupes pro-vie, Stephen Harper a répété au cours des derniers mois son intention de garder le débat sur l'avortement clos tant et aussi longtemps qu'il sera premier ministre.

Toutefois, cette volonté ne fait pas l'unanimité au sein de son parti. Des députés conservateurs sont pour l'ouverture du débat sur l'avortement et ne se gênent pas pour le dire tout haut sur la place publique.

«Lors d'un rallye récemment à Ottawa, j'ai rencontré plusieurs députés du parti conservateur qui appuient la réouverture du débat sur l'avortement. Il n'y avait aucun député des autres partis», affirme le président de la Campagne Québec-Vie, M. Buscemi.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer