Deux candidates à la direction du Parti libéral du Canada contestent une décision du parti qui permet aux différents camps de ne pas divulguer la liste de leurs sympathisants.

Publié le 18 janv. 2013
Joan Bryden LA PRESSE CANADIENNE

Cette nouvelle catégorie de «sympathisants» a été créée lors du congrès du parti il y a un an. L'objectif était d'élargir la base du parti en permettant à toute personne voulant affirmer son appui au Parti libéral du Canada - et non seulement aux détenteurs de cartes de membre du parti - d'avoir son mot à dire dans la sélection du nouveau chef.

Mais deux candidates, la députée de Vancouver Joyce Murray et l'avocate torontoise Deborah Coyne, s'opposent à la décision de l'exécutif de permettre aux candidats de garder secrètes leurs listes de nouveaux sympathisants.

La direction du parti a statué que les noms et numéros de téléphone des nouveaux sympathisants qui se sont enregistrés par l'entremise des sites web des candidats pourront demeurer secrets jusqu'au 3 mars, date limite pour devenir membre ou sympathisant - et ainsi avoir le droit de voter.

Après cela, soit un peu plus d'un mois avant l'élection du 14 avril, les listes de sympathisants seront transmises à tous les candidats.

Ce règlement semble avantager les candidats en tête - comme le député de Papineau, Justin Trudeau -, qui ont beaucoup de moyens pour recruter un grand nombre de sympathisants.