La police de Toronto a concédé, dans un rapport interne rendu public vendredi, que si le grabuge s'est répandu si rapidement lors du Sommet du G20 en juin 2010 c'est parce qu'elle n'était pas suffisamment préparée pour faire face aux manifestants.

LA PRESSE CANADIENNE

Le rapport soumet une série de 10 recommandations afin de mieux contrôler les tactiques des Black Blocs, des activistes radicaux présents dans toutes les manifestations altermondialistes. Parmi les recommandations, le rapport suggère de trouver une façon d'identifier les participants qui mettent vraiment la sécurité publique en danger au sein d'une foule.

Les policiers ont été critiqués pour avoir encerclé et détenu des centaines de personnes, dont des passants pacifiques lors du sommet.

Lors de la principale manifestation du G20, soit celle du 26 juin, les policiers n'ont pas réagi assez rapidement, ce qui les a forcés à réagir avec plus de force et de brutalité.