Éric Duhaime a présenté la plateforme du PCQ, dimanche

Mis à jour le 14 août
Vincent Larin
Vincent Larin La Presse

(Drummondville) La plateforme électorale du Parti conservateur du Québec présentée dimanche par son chef Éric Duhaime met l’accent sur six grands thèmes – l’économie ; le logement ; la santé ; les transports ; l’environnement ; l’éducation et la famille –, mais reste muette sur plusieurs autres. S’il est élu, le chef conservateur promet par ailleurs de remplacer le projet de tunnel Québec-Lévis par un pont à l’est de la Ville de Québec.

En mêlée de presse peu après son annonce à Drummondville, dimanche, l’ancien animateur de radio, en compagnie de dizaines de ses candidats, a dit vouloir se « focaliser sur ces enjeux-là en vue de l’élection ».

PHOTO SARKA VANCUROVA, LA PRESSE

Éric Duhaime

La plateforme présentée dimanche, intitulée « Liberté 22 », comprend donc cinq propositions touchant ces six grands thèmes. Ces propositions se résument ainsi : des baisses d’impôts, l’ouverture au privé du système de la santé, l’abandon du projet de tramway à Québec, l’exploitation des hydrocarbures et la révision du mode de financement des services de garde.

Il y a des partis qui élaborent des plateformes électorales puis présentent 50 enjeux ou 200 enjeux, mais on a choisi d’en mettre cinq [propositions] parce qu’on veut être certains de les réaliser.

Éric Duhaime

« Si on faisait juste ça dans un premier mandat, ce serait énorme », a-t-il ajouté.

Pour ce qui est des propositions du parti en matière de culture, d’immigration, d’identité, de langues et sur une foule d’autres sujets, Éric Duhaime dirige les électeurs curieux vers le cahier de propositions du parti adopté en novembre 2021 et publié en ligne.

Éviter des sujets controversés ?

Il s’est ensuite défendu de ne pas vouloir aborder des sujets controversés, telle la mise à jour de la loi 101 du gouvernement Legault, au moment où le PCQ courtise l’électorat anglophone de Montréal.

Le cahier de propositions du PCQ fait entre autres état de son intention d’abaisser les seuils d’immigration « en fonction de l’efficacité des mesures qui auront été implantées pour contribuer au développement économique du Québec ».

« On va défendre le programme, on ne va pas aller contre le programme qui a été adopté par nos membres », a insisté Éric Duhaime.

Sur le volet identitaire, Éric Duhaime a réitéré son opposition à la mise à jour de la loi 101 du gouvernement Legault tout en se qualifiant de « nationaliste ». « Je pense que la langue commune au Québec, c’est le français, mais je pense que le bilinguisme, c’est aussi une richesse pour les individus », a-t-il déclaré, ajoutant que la « coercition » en matière de défense du français « n’avait pas toujours fonctionné ».

Il n’est pas question pour nous de toucher aux droits et [aux] libertés fondamentales.

Éric Duhaime, chef du Parti conservateur du Québec

La Presse rapportait samedi que le PCQ s’engageait à donner beaucoup plus de place au privé en santé et à réformer le financement des écoles et des garderies, comme le proposait l’ADQ de Mario Dumont il y a 20 ans.

Lisez « Une plateforme à la sauce adéquiste »

Un pont plutôt qu’un tunnel

En matière de transport, la plateforme conservatrice est consacrée en bonne partie à la région de la Capitale-Nationale, où l’on promet de jeter aux oubliettes les projets de tramway et de tunnel Québec-Lévis.

La gratuité des transports en commun dans la région et la construction d’un pont à l’est, un projet qui a déjà été dans l’air du temps, sont mises de l’avant comme solutions de remplacement.

Aux résidants de l’île d’Orléans qui craignent de voir leurs paysages défigurés par un pont, Éric Duhaime répond qu’il serait possible d’enfouir les pylônes qui la traversent déjà grâce aux économies réalisées par l’abandon du projet de troisième lien.

Sur le thème de l’environnement, le PCQ dit vouloir privilégier des ambitions « réalistes » et ne fixe pas de cible relative à la réduction des gaz à effet de serre. Le PCQ relancerait toutefois le projet GNL Québec afin de « rendre le Québec autonome en matière énergétique ».

Des baisses d’impôts

Les conservateurs entendent également hausser l’exemption personnelle de base d’impôts des particuliers à 20 000 $ – elle est actuellement de 15 728 $ –, tout en réduisant les impôts de ceux gagnant moins de 46 295 $ de 15 à 13 % par an et de 20 à 18 % pour ceux gagnant entre 46 295 $ et 92 580 $ par an.

Cette mesure s’appliquerait de manière rétroactive pour l’année fiscale 2022, advenant l’élection d’un gouvernement du PCQ aux prochaines élections.

En savoir plus

  • 13 %
    Intentions de vote au provincial récoltées par le Parti conservateur du Québec, en date du 3 août 2022
    Source : Léger