(Québec) Après un autre mort dans une fusillade à Montréal, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, entend présenter dimanche de nouvelles mesures en prévention de la criminalité afin de s’attaquer aux « fléaux à l’origine » de cette violence : les inégalités sociales. C’est un plan de 54,6 millions de dollars en cinq ans.

Mis à jour le 3 déc. 2021
Tommy Chouinard
Tommy Chouinard La Presse

Cette annonce s’ajoute aux investissements déjà faits dans la répression, avec la création de l’opération Centaure sur le trafic d’armes au coût de 103 millions d’ici 2026.

« Ce quatrième jeune tué » jeudi témoigne de « cette montée de la violence, ou cette foulée d’évènements violents, de conflits armés, qui sévit à Montréal », a déclaré Mme Guilbault en mêlée de presse au parlement vendredi. En plus de faire de la répression, « il faut aussi lutter contre les fléaux qui sont à l’origine du problème, c’est-à-dire les inégalités sociales. Il y a nécessité d’aider nos jeunes en amont du problème ».

L’augmentation des « efforts en prévention de la criminalité » fait partie des nouvelles dépenses, nombreuses, du minibudget déposé par le gouvernement Legault la semaine dernière. Le document prévoit 46,4 millions à cette fin, mais à la suite de la parution en ligne d’une première version de ce texte, le gouvernement a fait savoir que la somme sera finalement portée à 54,6 millions.

Québec réplique ainsi à l’« augmentation inquiétante du nombre d’évènements violents impliquant des armes à feu, principalement dans la grande région de Montréal » et « mettant en cause majoritairement des membres de groupes criminalisés ».

Il bonifiera l’aide aux organismes communautaires qui « interviennent directement auprès des populations à risque et permettent une meilleure prise en charge des personnes vulnérables ».

« Le gouvernement souhaite ainsi prévenir la violence liée aux armes à feu en permettant, entre autres, aux jeunes de développer des champs d’intérêt et des passions et de se réaliser à travers des activités sportives, artistiques et culturelles adaptées à leurs besoins. Il souhaite aussi offrir un plus grand soutien aux personnes risquant de basculer dans la délinquance », peut-on lire dans le minibudget.

« Égalité des chances »

Selon Geneviève Guilbault, il faut « offrir à ces jeunes une [solution de rechange] à la criminalité » et « mettre en place les conditions gagnantes pour qu’on ait l’égalité des chances dans ces quartiers, parce que certains quartiers sont plus à risque à Montréal que d’autres ».

Québec créera également une formation « visant à prévenir le profilage racial et social, et outillant les policiers pour améliorer leur compréhension des enjeux complexes auxquels ils font face dans une société diversifiée ».

De nouveaux services en matière de réinsertion sociale seront ajoutés afin de prévenir la « récidive criminelle en accompagnant les personnes incarcérées avant la fin de leur peine ».

Des travaux de recherche seront financés « pour obtenir une meilleure vue d’ensemble de la problématique [de la violence liée aux armes à feu] et orienter plus efficacement les actions des intervenants ».