(Québec) Le premier débat entre les candidats à la succession de Régis Labeaume a donné lieu mardi soir à de nombreuses escarmouches à propos du tramway, des taxes ou encore du troisième lien.

Gabriel Béland
Gabriel Béland La Presse

Les cinq candidats n’ont pas ménagé les attaques, lors de ce débat organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Québec. La dauphine de M. Labeaume a d’ailleurs lancé plusieurs pointes envers Bruno Marchand, chef de Québec forte et fière.

Marie-Josée Savard a fortement réagi lorsque M. Marchand, qui avait répété depuis le début de la campagne vouloir augmenter les taxes résidentielles en fonction de l’inflation, a précisé au fil des échanges que ces hausses seraient plafonnées à 2,5 %.

« On vient d’ajouter un nouveau chapitre au livre “Les taxes selon Marchand”. Chaque fois qu’on pose des questions sur les taxes, il y a d’autres choses qui s’ajoutent », a lancé la cheffe d’Équipe Marie-Josée Savard.

« On est capables d’expliquer nos choses en deux lignes, vous, je pense que ça prend deux pages ! »

La candidate faisait référence à la volonté de M. Marchand de mettre en place une redevance pour les promoteurs qui voudraient construire des projets le long du tracé du futur tramway. M. Marchand avait été imprécis il y a deux semaines lorsqu’il avait parlé de cette mesure pour la première fois.

« Oui, les promoteurs qui vont s’enrichir avec le tramway devraient payer une redevance. Ça ne changera rien pour les citoyens. Pour nous, c’est du courage, d’aller chercher de nouveaux capitaux », a lancé Bruno Marchand, qui note qu’en 2024, la Ville devra sortir de ses coffres 84 millions pour le tramway.

« L’argent ne pousse pas dans les arbres, Mme Savard », a lancé M. Marchand, qui promet par ailleurs de baisser les taxes des commerçants s’il est élu.

Gosselin qualifié de « naïf »

Des débats animés ont aussi, bien sûr, eu lieu à propos du tramway. Un seul des cinq candidats veut faire avorter le projet et promet plutôt un métro léger. Les opposants de Jean-François Gosselin doutent du réalisme de ce projet, surtout qu’il promet de le réaliser avec l’enveloppe de 3,3 milliards dévolue au tramway.

Selon le chef de Québec 21, le gouvernement de François Legault « n’aura pas le choix » de financer son projet.

« Si je vais chercher un mandat des citoyens de la ville de Québec, le gouvernement n’aura pas le choix de respecter la décision des citoyens. C’est ça, la démocratie », a lancé M. Gosselin, qui propose par ailleurs un gel des taxes pour deux ans.

Ces propos ont visiblement irrité le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau. « Vous pensez qu’être élu va faire en sorte que le gouvernement vous donne tout ce que vous désirez. Je m’excuse, mais ça ne fonctionne pas comme ça. C’est naïf. »

M. Rousseau a critiqué l’administration Labeaume et Mme Savard à propos des arbres qui seront coupés pour le tramway. « La coupe d’arbres avec vous, c’est une loterie. On était à 1700, là, on est rendus à 600. Ce sera combien d’arbres ? », a demandé M. Rousseau.

Il a aussi réitéré son souhait que le tunnel Québec-Lévis soit entièrement réservé aux transports en commun.

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec, est la seule candidate à s’opposer catégoriquement au tunnel cher au gouvernement Legault.

« C’est un projet qui menace de défigurer la ville de Québec, dont vous voulez devenir maire », a lancé Mme Smith, qui propose une série de mesures importantes pour affronter la crise climatique.

Un autre débat télévisé aura lieu le 20 octobre.