(Ottawa) L’ancien ministre de la Justice Peter MacKay obtient l’appui de deux députés conservateurs du Québec dans la course à la direction du Parti conservateur.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

La Presse a appris que les députés Pierre Paul-Hus et Luc Berthold comptent appuyer M. MacKay alors que la course pour succéder à Andrew Scheer à la barre du Parti conservateur prend forme.

PHOTO JUSTIN TANG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Luc Berthold

M. MacKay, qui a aussi été ministre de la Défense et ministre des Affaires étrangères dans l’ancien gouvernement conservateur de Stephen Harper, doit donner le coup d’envoi à sa campagne au leadership samedi en Nouvelle-Écosse.

« Je vais appuyer Peter Mackay », a indiqué M. Paul-Hus, qui a dit juger que la connaissance de la langue française de l’ancien ministre est nettement adéquate pour diriger le parti.

« Son français est bien meilleur que ce à quoi les gens s’attendent. Les gens vont être surpris », a-t-il dit.  

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Pierre Paul-Hus

M. MacKay est considéré comme l’un des favoris de cette course dans la foulée du désistement de l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, mardi, et de l’ancienne chef intérimaire Rona Ambrose, mercredi. Malgré les pressions du premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, et de l’ancien premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, Mme Ambrose a affirmé qu’un retour en politique ne faisait pas partie de ses plans.

« J’ai vraiment jonglé avec la décision de retourner à la vie politique », a écrit Mme Ambrose dans un message sur les réseaux sociaux.

« En ce moment, je me concentre sur la différence que je peux faire dans le secteur privé », ajouté celle qui a été ministre de la Santé, ministre de la Condition féminine et ministre de l’Environnement, notamment, dans le gouvernement de Stephen Harper.

L’autre candidat qui est considéré comme un des principaux aspirants dans cette course est le député conservateur de la région d’Ottawa, Pierre Poilièvre. Ce dernier doit confirmer ses intentions dimanche, soit à la veille de la rentrée parlementaire.